Umialtak
Les aventures d'une famille en voilier
   Home            Traversée Madère - Canaries 11 au 13 septembre

NAVIGATION L'ILE DE MADÈRE À L'ILE DE LANZAROTE AUX ILES CANARIES - 11 AU 13 SEPTEMBRE 2011

Dimanche 11 septembre

Après les derniers préparatifs, nous faisons le plein de diesel au quai de service. 122 litres pour 50 heures de moteur, c’est peu. Notre gros Perkins consomme peu à bas régime. Nous quittons le quai à 14 h de la marina Quinta Do Lorde.

Le vent est de 11 ou 12 noeuds, au travers. Tel que nous l’avons observé jusqu’à maintenant, le vent augmente à l’approche de l’heure du souper et nous recevons des rafales à plus de 25 noeuds. Le poulet General Tao (la recette de Gene modifiée en fonction des ingrédients trouvés) est tout de même excellent au grand plaisir de l’équipage.

Nous prenons deux ris dans la grand-voile pour plus de confort. Nous longeons les Iles Dessertas. La formation rocheuse de ces iles est remarquable avec différentes couleurs et textures.  


Le vent demeure autour de 18 noeuds ce qui est idéal. C’est la pleine lune. Il fait clair presque comme en plein jour. 


La soirée et la nuit se déroulent très bien. Nous respectons nos quarts: Charles-Antoine est responsable du bateau de 20 h à 22 h, FX de 22 h à 1 h, Josiane de 1 h à 4 h et François de 4 h à 9 h. 

Lundi 12 septembre

Le vent est stable autour de 16 noeuds avec des vagues de cinq pieds. Il fait beau, quoique sur l’eau, la température est plus fraiche qu’au port, il fait 22 degrés. Nous naviguons au près. Communication radio avec le Réseau du Capitaine.

La journée se passe bien et nous assistons à un magnifique coucher de soleil.


Mardi 13 septembre

La nuit de veille est active, nous sommes entourés de cargos. 


Le temps est clair, nous les voyons de loin mais ils arrivent vite. Le vent est toujours de 15 noeuds. À midi, nous sommes à 42 miles de notre destination.

Vers 14 h, nous démarrons le moteur pour appuyer les voiles et nous permettre d’accélérer afin d’entre à la marina avant la noirceur.

Juste avant le sud de l’Ile de Lanzarote, nous préparons les manoeuvres pour l’accostage...En voulant replacer les défenses à l’arrière, le plus grand matelot accroche la clé...qui casse dans l’ignition avec le moteur en marche ! Le capitaine n’est pas content...vraiment pas content ! Nous règlerons cela une fois au port.

En abaissant, la grand-voile dans de grosses vagues, Josiane remarque une bouée noire qui flotte à l’arrière du bateau...curieux...nous ne l’avons pas vue en passant juste à côté...Mais non ! C’est l’une de nos défenses qui est tombée à l’eau car le matelot ne l’avait pas remise à sa place après avoir percuté la clef ! Manoeuvres d’homme... ou plutôt de défense... à la mer ! Nous retournons pour la récupérer. La manoeuvre se déroule passablement bien. Il est temps que l’on rentre... 

Tel qu’indiqué dans le Guide Imray des Iles de l’Atlantique, il y a des accélérations de vent au sud des iles. En quelques secondes, le vent peut augmenter de 5 à 25 noeuds. Il vaut mieux avoir prévu le coup et réduire, à l’avance, la voilure pour ne pas casser ou déchirer une voile.

Notre entrée à la marina se déroule bien et nous sommes accueillis par un agent de sécurité car l’administration de la marina est fermée. Nous demeurons au quai d’accueil pour la nuit. Il est 20 h 15.

Nous ramassons un peu et nous allons souper au restaurant. La marina est magnifique. C’est un village avec restaurants, boutiques, piscine, épiceries.... C’est la civilisation après le village fantôme de la Marina Quinta do Lorde à Madère.

Après un bon souper mexicain, nous retournons au bateau pour une vraie nuit de sommeil.


 La suite pour la visite de l'Ile de Lanzarote 13 au 23 septembre