Umialtak
Les aventures d'une famille en voilier
   Home            Safari Sénégal oriental - 27 octobre au 2 novembre

DU 27 OCTOBRE AU 2 NOVEMBRE 2011

Jeudi 27 octobre

Lever à 5h15 pour un départ du bateau à 5h50. Nous avons gardé le bateau passeur au voilier pour nous permettre de laisser l’annexe barrée sur le bossoir durant notre absence. Le moteur démarre ! FX est fier de son annexe en comparaison de ce petit bateau de bois.

À notre arrivée à terre, le gardien du CVD est là et nous indique où est stationné notre taxi.  Il s’agit d’une Peugeot Break (familiale). Les bancs sont usés à la corde et assez inconfortables. Il fait chaud même à 6h !


Nous arrêtons pour déjeuner à Kaolack. La route est longue, nous avons 530 kilomètres à parcourir et notre vitesse moyenne est de 75 km/h. François s’ennuie de son Audi Q7...

Un peu avant Tambacounda, la courroie de l’alternateur se brise. On change de taxi pour un modèle identique. Le chauffeur a contacté un ami qui lui prête son véhicule.

Nous arrivons finalement à Wassadou à 14h30. L’accueil est amical. Nous sommes directement sur le Fleuve Gambie.


Nous nous installons dans nos cases. C’est propre et typique. Il y a un ventilateur et deux lumières. Le groupe électrogène ne fonctionne que de 6h à 7h le matin et de 18h à 1h. Les parents dans une case, les jeunes dans une autre case.


Pour le dîner (le déjeuner pour nos amis européens), une entrée de tomates et de thon et un osso bucco. Dans l’après-midi, Josiane fait un petit repos tandis que les gars vont faire un tout de pirogue sur le fleuve Gambie. Tout le monde respecte les règles élémentaires pour ne pas chavirer car il y a des crocodiles du Nil et des hippos...


À 20h, c’est le dîner (ou le souper). Charles-Antoine est très impressionné par la quantité d’insectes qui volent autour des éclairages. De toutes les grosseurs et plusieurs variétés...c’est même préoccupant. Nous avons droit au steak et aux beignets de bananes...excellent !

Nous rencontrons notre guide. Mohamed, s’occupera de nous pour les cinq prochains jours. Il nous explique la programmation de nos deux prochains jours dans le parc. La logistique semble bien rodée. 

Durant la soirée et la nuit François ne file pas... petite tourista. Les immodiums et les médicaments Cypro vont vite le rétablir. Avec les quatre jours en brousse qui arrivent, il ne faut pas être mal en point.

À 21h tout le monde dort. 

Vendredi 28 octobre

Lever à 6h et départ à 6h30. Nous en aurons pour notre argent ! À 7h, c’est le départ. Nous rencontrons notre chauffeur Babacar surnommé Spaghetti car il est très maigre...

Nous voyageons à bord d’un Ford Ranger 4 x 4 diesel. Une banquette est aménagée dans la boite arrière, face sur le côté. Josiane, Charlot et Mohamed d’un côté et FX et François de l’autre.

Nous arrêtons à la gendarmerie de Dialakolo, c’est aussi le village de notre guide. 


À Dar Salam, nous faisons notre entrée dans le parc du Niokolo Koba. Les enfants du village s’attroupent autour du camion et viennent nous voir, ils voient rarement des Toubabs (blancs).


Nous entrons dans le parc. Le sentier est très étroit et nous roulons à peine 10 km/h car il y a des trous et des bosses. 

Nous apercevons plusieurs espèces: des babouins, des pintades, des phacochères, des varans, un crocodile du Nil, des antilopes et même une panthère ! 



Lorsque nous apercevons quelque chose, le camion s’arrête, éteint le moteur et nous observons. Les babouins sont particulièrement curieux même s’ils sont peureux.



Nous arrêtons pour dîner au Campement du Lion. Nous avons même la visite de deux phacochères pendant que l’on mange ! 


Après un petit repos, nous retournons nous promener dans le parc. Nous apercevons des antilopes mais l’herbe est très longue dans cette fin de saison des pluies.


Nous revenons au Campement du Lion pour installer le campement pour la nuit. Josiane est ravie...du camping en pleine brousse avec des serpents, des scorpions, des hyènes et toutes sortes d’autres bêtes...!



François et Charlot se lavent dans le fleuve avant le souper. Nous avons droit à un excellent souper de ragoût. La nourriture est préparée à l’avance et nous la faisons cuire sur un réchaud. La logistique est vraiment excellente. Les tentes sont neuves, le matériel de camping est impeccable et notre guide et notre chauffeur s’occupent de tout  !


Une termitière géante


À 20h30, nous sommes au lit ! Il fait chaud... Il y a plein de sons inconnus dans la brousse !

Durant la nuit, François fait son pipi à partir de la tente...Mohamed l’ayant informé de la présence de diverses espèces nocturnes, il préfère ne pas sortir ce qui fait bien rire Josiane.

Au matin, une belle trace de serpent est évidente tout près de nos tentes....Josiane rit un peu moins !

Samedi 29 octobre

Après une bonne nuit de sommeil sous la tente, nous sommes debout à 7h pour un départ à 8h30.


Nous continuons notre visite du parc. Le camion accumule l'herbe ! Nous sommes seuls. Nous n’avons rencontré personne d’autre. Aujourd’hui nous sommes dans une section avec des herbes hautes ce qui nous empêche probablement de voir des animaux. 


Nous apercevons tout de même de magnifiques oiseaux.


Nous arrêtons au poste de garde de Lingué Kountou. Les militaires sont sympathiques...ils veulent même garder Charles-Antoine. Ils nous demandent des cigarettes et des médicaments mais nous n’avons rien pour eux.

Nous prenons le dîner près de la sortie du parc. Nous faisons une petite sieste mais il y a beaucoup de mouches et nous quittons à 14h.


Nous roulons vers le Campement de Wassadou. Nous arrêtons à Dialakolo.  Les enfants courent vers le camion et nous disent: Toubab, tu me donnes le bidon ?

Ils veulent nos bidons d’eau vides de 1.5l pour jouer. 


Nous sommes de retour à Wassadou à 15h. On retrouve notre case avec bonheur. Douche et petit repos avant le souper. 


Encore une fois, le dodo est très tôt, nous sommes crevés.

Dimanche 30 octobre

Nous quittons Wassadou à 7h. Nous prenons la route vers Kédougou, toujours dans la boite du camion ! On se fait venter mais c’est mieux que de crever à l’intérieur. 

Nous apercevons des singes rouges et des phacochères. Nous arrêtons à Mako pour observer les femmes qui lavent le linge dans le fleuve Gambie. Nous marchons sur le pont. 


Nous arrêtons au village de Tonboronkoto. Nous rencontrons le chef du village et allons visiter les installations des chercheurs d’or.


Nous arrêtons à Kédougou pour visiter le marché. Nous achetons des noix de cola et des bonbons pour les offrir aux chefs des villages que nous allons visiter. Josiane achète aussi du tissus et deux éléphants en ébène. 

Nous prenons une route de terre vers le village de Afia. Nous arrêtons pour dîner dans la brousse, près d’une école. Des toilettes y ont été construites gracieuseté d’Unicef Canada.

Nous arrivons au village d’Afia. C’est vraiment très très isolé. Nous sommes l’attraction du jour, de la semaine et même du mois et l’accueil est très chaleureux. C’est intimidant au début mais nous commençons à jouer au ballon (une courge séchée !) avec les jeunes et ceux-ci sont très intéressés. 


Josiane attire les petites filles...elle pourrait ouvrir une garderie !


Nous sommes installés dans une belle case. Les adultes dans une chambre, les jeunes dans l’autre. Les douches et la toilette sont communes mais c’est très bien.


Josiane surnomme une petite fille Princesse, son nom est Gadi Goudou. Nous prenons quelques photos et séquences vidéos. Les jeunes sont impressionnés...ils se regardent dans la caméra et ils crient: Me voilà ! Me voilà ! en Peul.


À 18h, nous allons faire une petite visite du village. La fille du cuisinier est malade. On nous explique que l’oiseau à quatre ailes est passé au-dessus d’elle et depuis ce temps elle est malade...

À 20h, c’est le souper. Un repas Peul nommé Fognon qui est délicieux. Il fait frais et nous dormons très bien.


Lundi 31 octobre

Nous nous réveillons avec le chant du coq un peu avant 7h. François-Xavier mesure mieux la chance qu'il a d'aller au Collège St-Hilaire.


À 9h, c’est le départ vers Ségou et Dindéfélo. Nous amenons la jeune malade et sa mère avec nous afin de voir le marabout. Nous arrivons au campement CGI. Nous marchons quarante minutes pour nous rendre à la chute de Dindéfélo. La chute d’une hauteur de 110 mètres est très belle. CA en profite particulièrement. Pour le dîner, sardines et spaghetti. 

Par la suite nous faisons un peu de magasinage chez les artisans locaux. Nous achetons un jeu d’awalé, une pirogue, un masque et un phacochère en teck. Nous encourageons l'économie locale !


Nous revenons à Afia. Les jeunes sont heureux de nous revoir. Les gars jouent au soccer avec eux. Les plus grands étaient absents hier car ils étaient partis jouer un match de soccer au village voisin (à 20 km dans la brousse). Ils s’y étaient rendus en vélos !


Petit repos et souper avec du poulet Yassa. C’est excellent.

Après le repas, le village organise une soirée de djembé et de danse pour nous. Les femmes viennent danser, parfois avec le bébé dans le dos. C’est vraiment exceptionnel. Les jeunes se disputent au moment de venir nous chercher pour nous faire danser. Ils veulent tous danser avec nous. Un très beau moment passé avec ces personnes très généreuses.

Mardi 1er novembre

Nous quittons Afia à 8h. Nous prenons la route vers la Guinée pour nous rendre au village d’Iwol. Nous visiterons le village de ce peuple très retiré. 

Après une heure de route, nous arrivons à la base de la montagne. C’est une montée pénible en plein soleil avec plus de 35 degrés au thermomètre ! CA a particulièrement chaud. Une fois au sommet, nous rencontrons le chef du village. Nous lui remettons nos cadeaux (noix de cola et bonbons) et il nous fait visiter le village.


On y trouve un baobab sacré. 800 ans d’âge ! 23 mètres de périmètre ! Dans ce village, les femmes ont des épines de porc-épique dans le nez. 


Nous redescendons et rejoignons notre chauffeur. Nous roulons vers Kédougou.


Dîner au restaurant. Nous continuons la route vers Wassadou. 40 kilomètres de chemin de terre en construction, nous sommes couverts de poussière !


Douche plus que nécessaire et repos avant le souper. Nous attendons avec impatience le départ du groupe (électrogène) à 18 h pour faire fonctionner le ventilateur.


Souper avec des beignets aux bananes. Nous préparons notre départ.

Mohamed vient nous saluer au dessert. Dodo hâtif.

Mercredi 2 novembre

Lever à 6h15. Petit déjeuner et embarquement des bagages.


À 7h30, départ de Wassadou. Nous avons le coeur gros. Ce fût une expérience extraordinaire que bien peu de gens ont l’opportunité de vivre.

C’est le même chauffeur de taxi qui nous ramène vers Dakar.

530 kilomètres à parcourir. Il fait chaud mais c’est nuageux. Près de Dakar c’est la circulation monstre. Notre chauffeur passe dans les champs, les quartiers reculés pour éviter les bouchons.

Nous arrivons au Cercle de la voile de Dakar à 17h ! Nous rencontrons Lamin qui gardait notre bateau. Tout s’est bien passé. 

Le bateau est comme nous l’avions laissé mais un peu plus sale à l’extérieur. Le vent chargé de sable ayant fait son oeuvre. De bizarres appendices ont poussé sous la coque... L’eau est tellement polluée qu’il n’est pas question de plonger pour nettoyer la coque. Dire qu’il y a 20 ans, la baie de Hann était une des vingt plus belles au monde ! Aujourd’hui c’est un dépotoir à ciel ouvert.

Roger et Nicole viennent aux nouvelles. Nous partageons ensemble une bouteille de vin au CVD. Ils quittent demain matin pour le fleuve Saloum. Ils iront en Casamance par la suite. Nous les croiserons peut-être là-bas.

Nous défaisons les valises. Les vêtements sont sales, très sales. Nous irons les porter à Fatou (qui lave le linge) demain matin.

Spaghetti à 21h et dodo.

Jeudi 4 octobre

Vers 6h30, nous apercevons Roger et Nicole qui quittent. Nous ramassons le linge. Josiane et Fx vont rencontrer Fatou pour le lavage. François sélectionne les photos pour le site internet.

Par la suite, nous faisons le plein d’eau. 250 litres d’eau transportés en annexe depuis le CVD. En après-midi nous utilisons Skype pour contacter nos parents. Josiane commande des légumes à Maman légumes. Notre départ pour la Casamance est prévu pour samedi matin.

Retour au bateau. Souper. Rédaction des textes pour le site internet. Dodo.

La suite... Dakar - 3 au 6 novembre