Umialtak
Les aventures d'une famille en voilier
   Home            Martinique - 27 février au 14 mars

MARTINIQUE du 28 février au 15 mars

Mardi 28 février

À 6h30, Josiane et François préparent le départ. Les garçons souhaitent dormir... 

Nous sortons du lagon et hissons les voiles à 8h. Les vents sont encore forts. 

Pour l’instant, nous sommes le seul bateau qui quitte vers Ste-Lucie.

Après avoir passé la pointe de Pigeon Island, nous nous retrouvons dans le passage entre Ste-Lucie et la Martinique. Les vagues montent et le vent s’élève. Umialtak est prêt.

Le vent est établi à 25 noeuds avec des rafales entre 32 et 35 noeuds. Nous avons deux ris dans la grand voile et un génois enroulé à moitié. Compte tenu de la vague et du courant, nous faisons de la voile-moteur. Le moteur tourne à 1600 tours/minute question de faire un meilleur cap et de ne pas s’arrêter lorsque de grosses vagues frappent l’étrave.

Nous filons à 6 noeuds malgré le peu de voile. La mer, entre les iles des Antilles, est toujours aussi désagréable. Ce matin, elle est courte avec des creux de 4 à 5 mètres et de bonnes rafales. Simon Simrad, notre pilote automatique contrôle très bien la situation. Comme prévu, la navigation est sportive et nous avons droit à quelques douches mais Umialtak s’amuse dans cette mer forte. En regardant vers l’arrière, nous confirmons que nous sommes bien le seul bateau qui navigue vers la Martinique !

À 12h30, nous jetons l’ancre à Ste-Anne au sud de la Martinique. Nous sommes mouillés juste à côté des trois mousquetaires que sont les voiliers SAS3, Otter II et Prosper’Aim, nos amis belges et français que nous sommes bien heureux de revoir.


Isabelle et Guy sur Prosper'Aim


Ann et Stéphane sur SAS3


Marjolaine et Jean sur Otter II

Après cette navigation, il est temps de prendre un petit dîner. Nous sommes ancrés juste devant SAS3. Stephane qui nous aperçoit, saute dans son annexe pour venir nous saluer. Nous passons quelques temps à discuter. C’est à ce moment que nous apprenons le décès de la mère d’Ann en Belgique. Ann était à son chevet dans les derniers moments. Nous offrons nos sincères condoléances à toute la famille.

Un peu après, nous prenons l’annexe pour aller visiter Ste-Anne. C’est un petit village sympathique.  Nous trouvons un guichet automatique pour retirer des Euros. C’est coûteux les euros par rapport au dollars américains des iles anglaises... (1.39 $can pour 1 euro)

Nous faisons quelques courses dans un gros dépanneur. Le choix des aliments est très différents des iles plus au sud. Nous sommes en France. Il y a donc des fromages, des pâtés, de la bonne baguette sans oublier le vin français à bon prix !

Ce sera le menu pour ce soir.

Nous croisons l’équipage de Migration avec qui nous étions à Whisper Cove Marina à Grenade.  

En retournant au bateau, nous allons saluer Prosper’Aim et finissons par y prendre un petit verre.  Souper et petit film en soirée. 

Mercredi 29 février

Comme c’était le cas à Grenade et à Ste-Lucie, nous recevons quelques averses durant la nuit et tôt le matin.

Josiane, FX et François prennent l’annexe et vont faire les formalités d’entrée en Martinique. Il y a du clapot et ça tape fort ! Josiane se retrouvera même avec des ampoules sur les fesses ! Nous nous rendons au Marin, à deux miles de notre ancrage. Il y a beaucoup de bateaux au mouillage et une grosse marina. 

Le Marin est la base de plusieurs compagnies de location de voiliers. Nous cherchons un peu notre route et finissons par trouver les douanes. Il y a un douanier, mais ici, les formalités se font en libre-service sur un ordinateur. Le douanier ne fait que vérifier l’immatriculation du bateau et les passeports. C’est simple et efficace pour une fois ! Par contre, le douanier ne semble pas avoir été engagé pour son sourire...

Nous visitons un magasin de pièce de bateaux, nous y achetons de l’huile semi-synthétique pour Ricky Perkins. François se renseigne pour la location d’une voiture. Nous achetons de l’essence pour l’annexe et la génératrice. 1,50 euros le litre ! Ça c’est cher. FX en lançant le contenant d’huile dans l’annexe asperge les shorts de Josiane...il se retrouve donc passager de l’annexe plutôt que capitaine ! L’amirale n’est pas contente...

Après notre visite au Leader Price (une épicerie grande surface), nous retournons avec tous nos paquets au bateau. Cette fois-ci, nous ne déjaugeons plus ! (déjauger est lorsque l’annexe va assez vite pour sortir de l’eau et planer). Nous sommes beaucoup trop lourds. 

Dîner et changement d’huile moteur par la suite. Le filtre à l’huile est impossible à dévisser. Nous allons donc voir Stephan sur SAS3 qui a le bon outil. Nous en profitons pour l’inviter à l’apéro sur Umialtak. Nous ferons de même avec Otter II et Prosper’Aim.

Nous finissons l’entretien moteur tandis que Josiane et Charlot s’adonnent à la lecture.

Vers 16h, FX et François vont faire une visite à Ste-Anne pour prendre les courriels, mettre la page de garde du site Internet à jour et faire les dernières courses pour le 5 à 7. Nous croisons à nouveau l’équipage de Migration

Nos amis arrivent pour l’apéro.


Nous discutons avec plaisir y allant chacun de nos anecdotes de navigation. C’est encore une fois un moment très agréable en bonne compagnie. 
Nous sommes douze dans le cockpit d’Umialtak. Il manque Ann qui est présentement en Belgique.


À 20h15, nous préparons le repas. Lecture par la suite. Comme nous n’avons pas accès à Internet du bateau, personne ne se chicane pour mettre la main sur l’ordinateur...pour son Facebook ou autre.

Jeudi 1er mars

Encore de la pluie cette nuit et tôt ce matin. Le temps est très nuageux et il pleut abondamment. Une belle occasion de prendre de l’avance dans les travaux scolaires ! Toujours un peu difficile de motiver Charles-Antoine mais il finira par faire ses pages de français et son test de verbes.

Malgré la pluie, FX veut aller faire un tour au Marin. Les gars reviendront très mouillés.

Charlot installe sur le pont un système de récupération d’eau. Au retour, François frotte la coque qui commence à accumuler des saletés.

Au moment de la préparation du souper, on s’aperçoit qu’on a oublié l’allume-feu pour le BBQ dans la villa à Ste-Lucie (FX l’avait apporté pour faire ses fameuses bananes flambées). L’autre allume-feu ne fonctionne pas, pas d’allumettes à bord...c’est avec un bout de papier allumé sur la cuisinière que François, de mauvaise humeur, finit par allumer le BBQ à la troisième tentative. 

Josiane prépare les accompagnements, fouille pour sortir une conserve de légumes, le lait qui bouillait sur la cuisinière déborde...Josiane accourt, glisse sur le petit tapis en bas des marches et s’étend de tout son long en se cognant l’épaule, le dos et le genou...Ayoye!! Sylvie (chiro): Un petite visite en Martinique, ça te dirait?

Soirée cinéma. Dodo. En espérant que l’humeur de l’équipage sera meilleure demain...

Vendredi 2 mars

Tout l’équipage se rend au Marin pour faire des courses. François en profite pour se faire couper les cheveux. Nous revenons avec plusieurs sacs. Nous rencontrons Stéphane au ponton. Il ramène Josiane et Charlot dans sa super annexe tandis que François et FX se rendent directement à Ste-Anne pour acheter du vin. Il y a beaucoup de clapot et ça tape dur en annexe.

François prépare sa fameuse fondue aux fromages. Stéphane partage le repas avec nous. Comme un catamaran est venu jeter l’ancre tout près de SAS3, Stéphane est préoccupé et nous quitte vers 20h pour aller voir ce qui se passe.

Samedi 3 mars

Aujourd’hui, François se lance dans le carénage de la coque d’Umialtak. Après notre séjour de plus de deux semaines dans le lagon de Rodney Bay, nous avons accumulé une multitude de bestioles qui ralentissent le bateau. De plus, nous n’avons jamais caréné le dessous de la coque car nous le faisions toujours en apnée. 

Dès 8h, François et FX se rendent au Marin pour acheter un grattoir et une ventouse afin de s’agripper sur la coque. Il y a du courant de marée et c’est difficile de demeurer à la même place pour frotter. Avec la ventouse, cela permet de rester au même endroit et de se déplacer facilement par la suite.

À 11h, nous rencontrons Stéphane sur SAS3 qui a gentiment offert à François de lui prêter son matériel de plongée. Une petite révision de l’équipement et du comment s’en servir. Tout de suite après le repas, François est sous la coque pour gratter. Au plus bas, il y a près de 2 cm d’épaisseur. Ce sont de minuscules crevettes qui se répandent dans l’eau autour. François porte la cagoule pour ne pas que ces petites bêtes se trouvent une maison dans les oreilles.  


Près de deux heures de frottage et François n’a pas terminé. C’est très efficace par rapport à l’apnée mais la coque est grande ! Comme l’effort est considérable, la consommation d’air est grande. Nous ramenons la bouteille à Stéphane qui fait un deuxième remplissage avec son compresseur en fin de journée. 


Plus tard en p.m., nous visitons le petit marché ambulant à Ste-Anne mais nous sommes déçus. Nous sommes plus de visiteurs qu’il y a de vendeurs et d’exposants. Nous revenons tout de même avec une bouteille de planteur (rhum et jus de fruits mélangés) ainsi que de la confiture d’ananas (délicieuse!).

Nous achetons nos deux baguettes quotidiennes car nos jeunes se transforment doucement en Français ! Eh oui, ils apprécient la baguette au petit-déjeuner ! 

Dès 20h30, François dort, épuisé par sa plongée de carénage.

Dimanche 4 mars

Après le petit-déjeuner, François redescend sous le bateau pour frotter...et frotter encore. Une heure trente plus tard, la tâche est terminée. Les épaules sont un peu douloureuses mais sans plus. La coque d’Umialtak est dans le même état que lors de la mise à l’eau. Mais combien de temps cela durera-t-il ?

En après-midi,nous allons faire des courses à Ste-Anne et prendre une glace et nos courriels Chez Boubou.


À 18h30, nous sommes attendus pour un cocktail dînatoire sur Otter II. Nous y retrouvons Stéphane de SAS3, Isabelle et Guy de Prosper’Aim ainsi que Marjolaine et Jean d’Otter II. Nous passons une soirée agréable à discuter. Jean et François discutent d’éducation (Jean était professeur à l’Université). Nous découvrons que la Belgique et le Québec vivent les mêmes problématiques avec la jeunesse d’aujourd’hui. 

Lundi 5 mars

À 8h, François et FX se rendent au Marin pour l’entretien du moteur hors-bord. Le vent est fort et ça brasse à bord de l’annexe. Le Marin est à 2 miles de Ste-Anne, c’est assez loin en annexe. Le technicien débute l’entretien pendant que François et FX vont prendre un jus et ainsi avoir accès à Internet et prendre les courriels.

À 10h, lors de notre retour chez le mécano, nous apprenons que la pompe à eau ne performe pas bien. Il fait changer l’impeller mais il ne l’a pas en stock. Il doit aller le cherche à Fort-de-France. Nous lui rapporterons donc le moteur demain avec la voiture.

Nous faisons quelques courses chez l’opticien et des recherches pour une batterie pour la génératrice.

En p.m., nous allons visiter la plage de Ste-Anne. 


L’eau est claire et le sable est blanc mais nos jeunes sont bougons... Nous trouvons l’endroit où il faut récupérer notre voiture de location.

Un peu plus tard, FX embarque avec Stéphane et Isabelle qui se rendent au Marin pour quelques courses. FX y laissera une petite note pour notre technicien de moteur hors-bord. Nous lui amènerons le moteur mercredi plutôt que demain matin.

Souper BBQ. François a très mal au cou. Il peut difficilement tourner la tête. C’est toute une procédure pour se coucher sans que cela fasse mal. Ça n’augure pas bien pour notre journée de visites.

Mardi 6 mars

À 6h, tout le monde est debout. Nous devons récupérer la voiture de location (Renault Mégane diesel) à environ 15 minutes à pieds de Ste-Anne. 


François a le cou barré. Probablement une côte déplacée lors du carénage de la coque. Josiane lui fait un massage du dos mais tous les muscles sont tendus. Avec la voiture, nous avons aussi loué un GPS touristique pour nous guider sur l’ile. 

Première direction, l’Écomusée de la Martinique. Nous marchons un peu sur la plage de l’Anse Figuier avant l’ouverture à 8h40. 


François-Xavier trouve plusieurs informations pertinentes pour son travail sur l’esclavage.


Deuxième arrêt à l’Anse Noire près de la Grande Anse d’Arlet. La plage est entièrement  constituée de sable noir. 


C’est pittoresque. François y reçoit un petit massage pour détendre son cou. En route vers une concession automobile, nous arrêtons au Village de la poterie. C’est très touristique et peu intéressant.

Nous faisons un arrêt chez Autos GM près de Fort-de-France. Nous y pensons depuis l’achat de notre nouveau véhicule. Comme François s’en doutait, ils n’ont pas notre modèle en stock. Ils ont vendu un seul véhicule comme le nôtre. Le vendeur nous dit que nous ne devrions pas regretter notre achat et nous remet un livret d’informations. Dîner à la Galleria, le plus gros centre d’achats en Martinique. C’est un peu décevant. Nous sommes loin du El Corte Ingles des Canaries (par chance pour le portefeuille !).

Nous continuons notre ascension vers le nord par la route de la trace, arrêt à Balata pour visiter l’église (une réplique du Sacré-Coeur de Paris). 



La route qui nous permettrait de nous rendre du côté est est fermée, nous devons faire un détour par le nord. Les routes sont sinueuses, Josiane assise derrière a mal au coeur. 


Nous apercevons de très nombreuses bananeraies. A la Péninsule de la Caravelle, nous visitons les ruines archéologiques du Château Dubuc. 


Au Robert, nous en profitons pour faire de l’avitaillement au Géant Casino, une très grande surface de l’alimentation. Définitivement, la Martinique ne sera pas une escale économique...

Retour au Marin vers 19h, nous prenons une bouchée à l’arche jaune avant de revenir à Ste-Anne avec tout notre matériel. La journée a été très agréable et nous avons découvert plusieurs attraits mais nous sommes épuisés. François a eu droit à plusieurs massages dans la journée mais l’état de son cou ne s’améliore vraiment pas. Devra-t-il prendre l’avion vers Montréal pour aller visiter ses deux chiropraticiens préférés ?!!!

Mercredi 7 mars

Dès 7h, François et FX retournent la voiture chez Jumbo Car. Nous revenons à pieds. François est toujours handicapé par son torticolis.

À 8h15, Josiane et FX quittent pour le Marin. C’est la suite de l’entretien du moteur hors-bord. Ils en profitent pour dépenser quelques euros au magasin de pêche et à l’épicerie.

Durant ce temps, François et Charlot, installés dans le lit, écoutent un film sur le Ipod.

Vers 13h, Josiane et FX reviennent encore avec des courses. Le moteur hors-bord est comme un neuf. Nous l'espérons...

François rédige les textes du site internet pendant que Josiane et Fx se rendent sur 1ère Escapade, un voilier québécois, pour y échanger des livres et obtenir des films.


À leur retour vers 17h30, nous allons saluer Ann sur SAS3. Elle est de retour après les funérailles de sa mère en Belgique. Nous discutons des prochaines étapes de nos navigations respectives. 

Demain à 18h, nous sommes invités sur SAS3 pour une réunion des mousquetaires afin de discuter des plans de chacun pour les prochaines semaines. 

Retour sur Umialtak pour le souper. Soirée vidéo avec en vedette le film Les trois mousquetaires !

Jeudi 8 mars

Au lever, François finalise les textes pour le site et sélectionne les photos. Trouvez l'erreur...


À 9h30, nous avons rendez-vous avec l’équipage de Dame Licorne et leurs invités. Nous faisons du géocaching pour nous rendre vers Les Salines. 


Une super belle journée de randonnée et de plage ! La plage est magnifique et il y a de belles grosses vagues. Les garçons s'amusent bien avec Victor et Mathieu.



Arrêt Chez Boubou pour la dernière mise à jour du site et le retour des courriels. Vite nous sommes en retard !

À 18h, (18h40 pour nous...) cocktail dînatoire sur SAS3. Les quatre mousquetaires sont réunis pour discuter des prochaines escales. 

Encore une soirée très agréable avec nos amis belges et français. C'est peut-être la dernière rencontre avec les quatre équipages réunis...



Vendredi 9 mars

Ce matin, nous quittons pour la Grande Anse d'Arlet. François est debout assez tôt pour amorcer les derniers préparatifs. Tout va bien et nous sommes presque prêts à partir...il ne reste qu'à réinstaller la barre à roue que nous avions enlevée pour avoir plus de place dans le cockpit. FX est en charge de l'opération. Il place la roue en place mais échappe la petite pin qui barre la roue sur l'axe ! Elle tombe au fond du cockpit...fait un bond et tombe dans le trou pour vider l'eau...! (&!$@(!)

Nous sommes dans plus de vingt pieds d'eau. François plonge en premier, rejoint par FX. Il y a plein de verdure sur le sable et après quatre tentatives, c'est peine perdue.

La seule option est de plonger avec une bouteille. François et FX se rendent donc sur SAS3 pour emprunter le matériel de plongée. Ann nous accueille gentiment et sort le matériel. Stéphane souhaite venir chercher lui-même car il possède beaucoup d'expérience. Sauf qu'habituellement Stéphane se lève assez tardivement et il est 8h30 ! François-Xavier lui en devra toute une !


Très serviable, Stéphane vient donc pour plonger sous Umialtak. Il passera quarante minutes sous le bateau pour ne retrouver qu'une épingle à linge. Le bateau tourne tellement sur son ancre que la superficie de recherche est beaucoup trop grande pour une toute petite pièce en inox. 

Durant les recherches de Stéphane, François travaille sur un plan B. Il recherche dans les pièces mais ne trouve rien qui fonctionne. Il décide de couper une clé Allan pour bloquer l'axe en place. Ça fonctionne ! Nous allons reconduire Stéphane sur SAS3 et nous préparons pour le départ. Merci encore Stéphane !

Nous avons une navigation de 16 miles à faire. Le vent est autour de 15 noeuds et il fait beau. Nous passons juste à côté du diamant de Martinique.


Une fois arrivés à Grande Anse d'Arlet, nous apercevons le voilier Dame Licorne. Marc-Antoine et Lucie viennent à notre rencontre une heure après notre arrivée pour nous proposer d'aller faire de l'apnée avec eux. 


Moins d'une heure plus tard, nous sommes tous à l'eau pour observer le corail et les poissons. Il y en a plusieurs sous notre coque. Ici, l'eau est limpide.


Retour sur Umialtak. Petite douche. 

À 17h, nous amis de Dame Licorne et leurs invités (le frère de Marc-Antoine et sa famille) viennent sur Umialtak pour l'apéro. 


Les garçons jouent au poker tandis que les adultes discutent. Dame Licorne retourne sur Ste-Lucie demain. 

Souper et dodo hâtif car nous sommes fatigués de notre journée.

Samedi 10 mars

François commence la journée en démontant la génératrice. Il y a une fuite d'essence depuis que nous l'avons démontée pour changer le cordage brisée. François travaille plus d'une heure trente et démonte même une partie du carburateur. Il trouve le problème et nous pouvons faire fonctionner le chargeur à batteries. CA se lève avec son humeur de mauvais jour...et il n'est pas très enchanté d'aller découvrir la Petite Anse d'Arlet à pieds... L'humeur reviendra en route.


C'est assez nuageux aujourd'hui et il fait chaud. La marche est agréable même s'il n'y a pas beaucoup d'attraits à découvrir. François et Josiane retournent les jeunes au bateau pour prendre un dîner en amoureux. Accras de morue et assiette créole sont au menu. Nous apercevons SAS3 au large qui se dirige vers St-Pierre.

FX et Josiane s'occupent de transférer l'eau de nos bouteilles de 10 litres dans les réservoirs pour revenir au quai les remplir. C'est moins complexe que d'amener Umialtak. François ne participe pas car son épaule est en convalescence.  Il en profite plutôt pour mettre le site Internet à jour. 

Ce soir, une petite soirée calme au bateau.

Demain, c'est un départ pour St-Pierre à 15 miles plus au nord.

Dimanche 11 mars

Dès 9h, nous quittons la Grande Anse d’Arlet. Le mouillage est assez serré mais comme nous sommes installés sur la gauche de la baie, il y a moins de monde. Notre départ s’effectue sans problème.

Nous amorçons cette navigation à moteur car il n’y a aucun vent près de la côte. Une fois dans la baie de Fort-de-France, le vente monte. Nous hissons toute la toile. 

Les conditions de navigation sont quasi parfaites avec un vent de 20 noeuds avec des rafales à 25 noeuds et une mer calme, il ne manque que le soleil. Nous filons entre 6.5 et 8 noeuds par vent de travers. Sûrement la navigation la plus agréable depuis notre arrivée dans les Antilles. 

Vers 12h, nous arrivons à St-Pierre. C’est une baie très ouverte donc peu protégée de la houle. Pour l’instant, le temps est calme. Nous apercevons SAS3 à droite de la baie. La baie de St-Pierre est très profonde et il faut s’avancer vers la rive le plus possible pour jeter l’ancre dans 5 ou 6 mètres d’eau. Si l’on recule un peu, le bateau flotte dans plus de 15 ou 20 mètres. Stéphane nous indique d’approcher le plus possible de la rive. Nous jetons l’ancre dans 4m d’eau tout juste devant SAS3. 


Nous discutons un peu avec Stéphane et Ann. Ann propose à FX de faire son baptême de plongée en mer. Après peu de réflexion, l’offre est acceptée. Nous sautons dans l’annexe pour aller voir un site de plongée à proximité. Il y a une épave à 5 mètres de fond. Ç’est un bel endroit pour faire une plongée facile. 

À 14h, François-Xavier et CA se rendent sur SAS3 pour que FX reçoive les consignes d’usage. Stéphane est un moniteur de plongée certifié.


Il est entendu qu’ils feront une plongée vers l’ancre de SAS3. Stéphane juge que, pour une première expérience, c’est une plongée sécuritaire et agréable.


Au tout début, FX éprouve quelques difficultés avec la pression dans ses oreilles. Il remonte doucement. Sous les bons conseils de Stéphane, il prend son temps et cela se place. Ils plongent donc jusqu’à l’ancre. Une plongée à 8 mètres de profondeur durant une vingtaine de minutes. À sa sortie de l’eau, FX est radieux. Il a beaucoup aimé cette première expérience. L’option d’aller à l’épave est donc éliminée car FX aime mieux attendre à une prochaine fois. Nous aurons probablement encore l’occasion de replonger aux Saintes ou plus loin.

Après la plongée, Josiane et François vont faire une petite reconnaissance à terre. C’est dimanche et tout est fermé. La ville semble déserte. St-Pierre, qui fut la plus belle ville des Antilles, est aujourd’hui une ville en bien mauvais état.

Souper au bateau avec un film en soirée. 

Lundi 12 mars

Aujourd’hui, c’est la visite de St-Pierre. Parmi toutes les propositions touristiques, nous avons choisi le Petit train de St-Pierre et la visite de la rhumerie Depaz.

Nous arrivons au Petit train à 10h30 et il y a déjà plusieurs personnes. À 11h, le train (routier) se met en marche. 


Le guide est un passionné de l’histoire de St-Pierre et nous explique la destruction complète de la ville en 1902. En effet, le volcan de la Montagne Pelée a fait éruption et cela a complètement détruit la ville. Plus de 30 000 morts en quelques minutes. Des dizaines de bateaux ont brulés dans la baie. C’est pourquoi aujourd’hui, les plongeurs y viennent en grand nombre pour découvrir les nombreuses épaves. 

Nous visitons le théâtre et le cachot de Cyparis, le seul survivant de la catastrophe. 


Notre guide est un excellent animateur et sa passion est contagieuse. Les gens l’écoutent avec attention. Cette ville, complètement détruite il y a cent dix ans n’a pas su se reconstruire .

Après le dîner, les jeunes décident qu’ils ne souhaitent pas visiter la rhumerie. Josiane et François s’y rendent seuls. Il fait chaud et le soleil plombe. 2.5 km de marche en montant pour aller. Le site est magnifique. 


Nous apprenons comme le rhum est fabriqué à partir de la canne à sucre. Nous ramènerons quelques bouteilles.













Une fois revenus au bateau vers 16h, Josiane, CA et FX se rendent à la laverie pour faire quelques brassées de lavage. François en profite pour nager autour du bateau.

À 19h, festivités d’anniversaire pour Stéphane sur SAS3. Guy et Isabelle de Prosper’Aim sont venus expressément de St-Anne pour la soirée. 













Demain, ils quittent vers Bonaire. Nous vivons encore un moment agréable avec nos amis.  SAS3 quitte demain matin pour la Dominique. 

Mardi 13 mars

L’activité prévue aujourd’hui est la fameuse marche des esclaves. En se levant, François rédige les derniers textes et salue Ann et Stéphane qui quittent.

En parlant au Réseau du Capitaine, nous modifions notre programme pour la Dominique. Nos amis de Sea Kite et Tenace seront à Roseau demain, nous y arrêterons donc plutôt que de nous rendre directement à Portsmouth. Nous souhaitons découvrir la forêt tropicale et il serait agréable de le faire avec un groupe de québécois.

Nous faisons les derniers préparatifs avant notre départ pour la marche des esclaves mais FX qui est d’une humeur très désagréable ne veut plus y aller. De toute façon, ses souliers de marche ne lui font plus...(ses pieds grandissent trop vite !).

Nous demeurons au bateau. François met le site en ligne. Josiane viendra faire les dernière courses avant notre départ pour la Dominique.