Umialtak
Les aventures d'une famille en voilier
   Home            Ile de Tenerife 29 sept au 12 octobre

ILE DE TENERIFE - 29 SEPTEMBRE AU 12 OCTOBRE

Jeudi 29 septembre

La navigation se déroule très bien. Une fois au sud de Tenerife, le vent tombe complètement. Nous affalons les voiles et nous dirigeons vers la marina. L'entrée est serrée.
Nous accostons à 9h. Nous sommes installés au grand ponton, un bateau derrière SAS3. Rinçage de la coque et du pont à l'eau douce. L'accueil est sympa.

Josiane récupère de sa nuit de navigation pendant que François achète un forfait accès à internet haute vitesse. Enfin ! Plus besoin d'attendre de longues minutes pour chacune des étapes de la mise en ligne du site internet. François en profite pour débuter la mise à jour du site. FX se rend en vélo au marché avec Ann . 

En après-midi, nous allons à la petite plage de galets faire une sauçette car il fait très chaud (29 degrés). Nous en profitons pour découvrir les environs à vélo. Ce sont exclusivement de grands complexes hôteliers et de petits centres d'achats. Les trois gars prolongent la randonnée afin de dénicher une épicerie un peu plus grosse que les autres et faire quelques achats. 

Souper BBQ, lecture et appels Skype avant une nuit de sommeil bien méritée.

Vendredi 30 septembre

François finalise l'ajout de photos et met le site en ligne. Nous débutons les préparatifs pour notre souper de ce soir. Nous recevons Ann et Stéphane de SAS3. Nous cuisinons un pouding chômeur au sirop d'érable (pour leur faire découvrir un produit du terroir québécois), une salade chaude de fruits de mer avec du homard des Iles-de-la-Madeleine. Nous préparons aussi des brochettes de poulet marinées. Rangement du bateau et vaisselle.

Nous passons une excellente soirée en leur compagnie avec des anecdotes de navigations. Appels Skype par la suite.

Samedi 1 octobre

Lever tardif de l'équipage. François démonte entièrement la toilette et la tuyauterie. Des odeurs désagréables émanaient de celle-ci. Comme elle fonctionne à l'eau de mer, le sel s'accumule partout dans la tuyauterie et cela absorbe les odeurs nauséabondes. Un travail de plusieurs heures mais un résultat concluant. Durant ce temps, le reste de l'équipage rechercher une piscine pour se rafraichir. Finalement, il faudra attendre à lundi pour savoir quel hôtel accueille les usagers de la marina. Première bonbonne de propane vide. Nous échangeons la bonbonne du chauffage pour celle de la cuisinière. Il faudra la faire remplir de butane si cela est possible.

Souper au bateau et soirée de devoirs et lecture.

Dimanche 2 octobre

Lever tardif de l'équipage. Durant ce temps, François prépare une rétrospective vidéo des trois premiers mois de voyage. Il y passe une grande partie de la journée et de la soirée. Randonnée à vélo dans les environs. François et Josiane se rendent à l'épicerie pour faire quelques courses et durant ce temps, FX et CA font l'école au bateau. Souper. 

Lundi 3 octobre

Mise à jour du site internet par François. En début d'après-midi, nous allons à la piscine du complexe hôtelier Pinehurst. La marina possède la clé de la piscine et cela nous permet de la nous couler douce sous les palmiers. CA est ravi de pouvoir se baigner mais oublie de se mettre de la crème solaire et revient avec un coup de soleil sous les yeux. Même après trois mois sous le soleil, c'est la crème solaire à tous les matins. 

Ici, le soleil est très puissant. Nous croisons des touristes en vacances qui proviennent d'Allemagne ou d'Angleterre. Ils ont la peau blanche et vont se planter sur une chaise longue pour la journée...ils ressortent comme des homards, probablement brûlés au deuxième degré. C'est ridicule, mais ils veulent un bronzage à tout prix !

Petites courses au retour. François vérifie l'état des batteries et trouve la batterie de démarrage complètement à plat ! *!%$! Nous avons trois batteries, 2 grosses AGM (que nous avions dû changer en Nouvelle-Écosse il y a deux ans) pour alimenter tous les éléments électriques du bateau (frigo, éclairage, stéréo, recharge des ordinateurs, lecteur de cartes...) et une plus petite réservée exclusivement pour le démarrage du moteur. 

Ainsi, s'il advient un problème avec les grosses batteries, nous pourrons toujours démarrer le moteur pour recharger les batteries mais surtout pour faire une entrée dans un port avec le moteur. Cette 3e batterie est donc une assurance importante et un élément essentiel avant deux mois et demi d'autonomie complète (en traversée et au Sénégal). 

En regardant attentivement la batterie, François se rend compte que ce n'est pas une batterie sans entretien comme nous le croyions... 
Il faut habituellement remettre de l'eau pour maintenir un certain niveau. La batterie est complètement à sec ! Pas un petit manque d'eau...plus une goutte d'eau ! 
François ajoute 2 litres d'eau déminéralisée pour tenter de la ramener à la vie. Démarrage du bateau pour la recharger...elle accepte la charge ! Tout n'est peut-être pas perdu. Nous verrons son état demain matin.

Mardi 4 octobre

Au lever, la batterie de démarrage est vide. Elle ne semble pas garder sa charge. Aujourd'hui, nous prenons possession d'une voiture de location pour trois jours. Une petite Ford Fiesta en bon état. Notre premier arrêt est dans le parc industriel chez Disa. C'est le fournisseur de pétrole et de gaz pour toute l'ile, l'usine qui remplit les bouteilles de butane. 

Notre réservoir de propane pour la cuisinière est vide. Nous devons donc la faire remplir. La marina a contacté l'entreprise pour savoir s'ils pouvaient nous remplir notre bonbonne mais ils ne savent pas. Il faut donc nous rendre directement à l'usine car notre valve est nord américaine et qu'ici, ce sont des valves européennes ! 

Une autre !%*&! de différence ridicule comme la tension électrique des bornes de quai (220 volts VS 110 volts), comme les embouts de boyau d'arrosage qui sont plus petits et maintenant les valves de bonbonnes de gaz !

Après une observation rapide, le préposé de l'usine revient avec notre bouteille...vide. Il est impossible de faire remplir notre bouteille aux Iles Canaries ! 

Il faudra donc économiser... Nous avons trois bonbonnes de 20 livres à bord. Une pour la cuisinière, qui est vide. Une pour le BBQ, qui doit être presque vide puisque nous l'avons passablement utilisé. Une troisième pour le chauffage. Celle-ci est pleine. Nous l'échangeons avec celle de la cuisinière. François trouve que cela nous laisse peu de marge de manoeuvre pour les trois prochains mois d'autonomie...mais nous n'avons pas vraiment le choix !

Arrivés à Santa Cruz, nous visitons le El Corte Inglès. Nous trouvons un stationnement à proximité dans un champs de gravier. Plusieurs autos y sont stationnées. Dans notre visite du magasin, nous trouvons un réchaud de camping au butane. Après hésitations, nous décidons de l'acheter avec quatre petites recharges de butane. Si jamais nous manquons de propane, nous pourrons au moins faire chauffer le contenu de nos pots Masson ! Cela nous assure une certaines autonomie supplémentaire pour cuisiner. Ce matin, le temps est pluvieux nous courrons pour retourner à l'auto car il pleut un peu. 

Nous démarrons et prenons la direction de la sortie du stationnement...juste avant de sortir, un monsieur avec un dossard jaune fluo veut nous parler...François trouve qu'il ressemble à un itinérant... et accélère rapidement en laissant le bonhomme dans le rétroviseur ! Il se met à gueuler après nous...! Le stationnement était-il payant ?

Nous continuons notre route vers le centre-ville de Santa Cruz. Après une courte expérience en voiture dans le centre-ville nous décidons de stationner l'auto pour poursuivre à pieds. Nous découvrons qu'il n'y a pas d'affiche ou de visuel pour le tarif des stationnements et que les préposés...ont tous un dossard jaune fluo !

François comprend mieux maintenant pourquoi les miroirs latéraux des voitures se plient. Même avec notre petite voiture certaines rues sont très étroites. Josiane mentionne que nous sommes mieux avec une petite Ford Fiesta qu'avec notre gros Audi Q7

Josiane nous amène au musée des sciences naturelles de Tenerife. Un beau bâtiment assez récent. Surprise, la visite est gratuite aujourd'hui car ils sont en rénovations. Nous découvrons l'histoire des Canaries et du peuple guanche. 
























Nous y voyons même des momies ! Visite rapide mais intéressante.

Nous apercevons un shipchandler  (un magasin de pièces de bateau). Nous voulons acheter une batterie mais leur horaire est de 10 h à 14 h et il est 15 h ! Encore une différence culturelle frustrante ! Nous descendons donc dans le port qui est en construction pour y trouver d'autres magasins nautiques. Nous nous renseignons à la marina et le seul qui vend du matériel nautique dans les environs est celui qui a fermé à 14h !

Josiane aperçoit un drapeau canadien sur l'un des bateaux à la marina. Comme la porte d'accès aux pontons n'est pas barrée, nous allons voir ce bateau. C'est un Jeanneau 54 pieds. Les propriétaires sont à bord, il s'agit de gens d'Alberta ! Leur bateau est habituellement dans les Caraïbes. Ils sont ici car ils participeront au Rallye de l'ARC (entre Las Palmas et Ste-Lucie). Nous les saluons et continuons notre route.

Nous reprenons la voiture et roulons vers Laguna. C'est une ville historique intéressante à visiter. Nous sommes pris dans la circulation...une première depuis plusieurs mois ! Une fois là-bas, et après avoir fait le tour de la ville à deux reprises, nous ne trouvons pas de stationnement...eh bien au diable la visite de Laguna, nous reprenons l'autoroute !

Nous arrêtons notre route à Los Abrigos pour le souper (ou le dîner comme ils disent ici). Nous sommes directement en bordure de mer et nous apercevons notre marina au loin sur la droite. Nous soupons dans un restaurant directement au-dessus de la mer avec de grosses vagues déferlantes. Des jeunes font du boogie board sportif juste à côté. Une bonne paella plus tard, nous reprenons la route de la marina avec un petit arrêt au supermarché pour nous permettre de faire les lunchs de demain midi.

Mercredi 5 octobre

Aujourd'hui, la priorité c'est la batterie. Hier, nous avons aperçu une affiche d'autoroute avec une annonce de distributeur de batteries. Leur succursale est située à l'ouest de l'ile, plus précisément à Alcala. Nous trouvons l'endroit. La préposée ne parle ni anglais, ni français....Josiane doit donc sortir son espagnol ! Pas facile de parler de batterie en espagnol...et d'expliquer notre situation. Nous concluons en lui laissant la batterie qu'elle tentera de recharger, nous reviendrons en fin de journée.

Le premier vrai arrêt se fait à Los Gigantes, une falaise abrupte dans la pierre. C'est beau mais très touristique. Nous empruntons une petite route près du volcan Teno et faisons un arrêt pour un pique-nique. Nous repartons après le repas et nous nous retrouvons derrière une Ferrari rouge décapotable dans une petite route en lacets...!
Nous sommes dans un bouchon de circulation car un gros camion ralentit tout le monde dans ces routes en lacets très montagneuses.

Au plus grand bonheur de Josiane, le camion et la majorité des automobiles tournent... ce qui nous laissent seuls avec la Ferrari. François reprend ses réflexes de pilote de rallye et décide de pousser un peu la Ferrari...avec sa Ford Fiesta ! Nous virons à la limite de l'adhérence mais la Ferrari n'arrive pas à nous écarter ! 


















Le propriétaire n'est pas un très bon pilote et il touche même l'accotement. À l'arrière, les jeunes sont ravis et reviennent encore sur leur souhait que l'on achète une Porsche au retour... Après cet intermède agréable d'une vingtaine de minutes, nous roulons vers Icod et ses dragonniers (arbres) millénaires.

Nous arrêtons à Puerto la Cruz  pour une baignade au Lago Martinez, un immense aménagement de piscines réalisé par César Manrique, en bordure de mer.

















Charles-Antoine, notre enfant palmé, est enchanté. Cinq piscines dont une immense avec une ile ! Nous devons quitter car nous devons régler le cas de la batterie. Le magasin est de l'autre côté de l'ile...

Nous décidons de piquer à travers l'ile plutôt que de faire le tour. Il faut savoir qu'au centre de l'ile, il y a le Teide, le plus haut sommet de l'Espagne ! (3700 m)
La route est donc en montée et en lacets...François s'amuse beaucoup !


















Le parc est vraiment d'une beauté saisissante. Les paysages lunaires, les calderas, les coulées de lave...c'est vraiment de toute beauté. 

















Même après nos nombreuses visites de volcans, c'est toujours impressionnant. 

















Nous faisons quelques arrêts car la vraie visite est prévue demain. Nous en profitons bien quand même. 

Vers 18h15, nous arrivons chez Canaribat. Notre batterie est définitivement morte et nous devons en acheter une autre. François est prêt à acheter une troisième grosse batterie AGM mais c'est comme demander la lune. Il faudra donc prendre une batterie de démarrage marine de 100 ah. Ces batteries sont sans entretien et adaptées aux conditions rencontrées à bord d'un voilier. Ils nous livreront la batterie au bateau vendredi. La préposé est très patiente et nous explique cela avec douceur.

Petite visite de Costa Adeje en bordure de mer et souper dans un restaurant. FX et François prennent l'assiette de grillade. Poulet, porc, boeuf, saucisses grillées. Il y a même un morceau de boudin grillé. Nous ne mangeons jamais cela à la maison. FX demande s'il peut en manger (compte tenu de ses allergies) et nous lui disons que oui. Nous avons informé le serveur des allergies de FX et rien ne contient de noix. Erreur ! 

En coupant le boudin, FX y trouve quelque chose qui ressemble étrangement à une noix ! Nous faisons venir le serveur qui ne comprend pas... FX ne mangera pas le boudin. C'est encore le sixième sens de FX qui nous sauve de l'hôpital !

Juste avant la marina, nous arrêtons au Supermercado pour faire de l'avitaillement en petit boire. Il fait chaud et les trois prochains mois le seront aussi. Il faut donc une grande réserve d'eau, de jus et de thé glacé. Le coffre est plein, nous rentrons au bateau, exténués.

Jeudi 6 octobre

Après plusieurs hésitations et discussions, le choix final de l'activité du jour est Siam Park. C'est un grand parc aquatique. Il fait beau et chaud, la journée idéale. La randonnée pédestre de 4 à 8 heures dans le parc du Teide est donc rejetée par la majorité... Josiane prépare un beau lunch, question d'économiser car le coût d'entrée au parc est...très touristique.

Nous arrivons au Siam Park vers 10h15. Stationnement 3 euros, pas de pique-nique permis donc le lunch reste dans l'auto, il faut prendre un casier à 5 euros et bien-sûr manger au casse-croûte avec le hamburger à 4,75 euros, ketchup non inclus ! Bienvenue au pays du On va te plumer avant que tu repartes !

Au moins, les glissades sont belles et bien aménagées. Charles-Antoine est au paradis ! Il faut dire que c'est son cadeau d'anniversaire, il aura 11 ans dans une semaine! Nous avons beaucoup de plaisir et le soleil est radieux.



L'attraction vedette, appelée Tower of Power, est une glissade avec une chute verticale de 28 mètres (plus de 75 pieds) ! CA est intéressé par l'attraction, FX de moins en moins lorsqu'il voit les premiers gars tomber en bas de la glissade, Josiane est catégorique, c'est non. François est prêt à relever le défi...mais l'attente est longue !

À la fin de l'avant-midi, nous décidons d'y aller. Nous étant CA et François. Nous débutons l'ascension des marches et regardons descendre les gens...c'est vite  ! Un gars redescend en nous disant qu'il y a plus de 50 minutes d'attente. Nous retournons nous aussi. Nous reviendrons cet après-midi.

Nous descendons plusieurs autres glissades pour y revenir plus tard. CA et François montent les marches...et arrivent dans la file d'attente. Il faut mesurer 1.40m. Charles-Antoine fait 1.50m ! Pas besoin de vous expliquer qu'il n'y a pas d'autre enfant ! Ce sont tous des adultes, des hommes en très grande majorité. Les gens le regardent en se disant qu'il accompagne seulement son courageux de père...mais non, c'est le père qui accompagne le courageux de fils !

De là-haut, nous voyons le parc en entier et la mer au loin. C'est énervant, il y a des pancartes expliquant les risques, des vidéos expliquant la technique à adopter pour descendre avec les bras et les jambes croisés. Nous montons dans les derrières marches avant le palier final et je m'attends que CA me dise qu'il ne veut plus y aller...je ne serai pas si déçu !

Nous montons les dernières marches, regardons au loin en bas et apercevons Josiane et François-Xavier, qui regardent les téméraires descendre. 

Charlot est le suivant. Un préposé nous ré-explique, à l'aide d'une affiche, les risques et les consignes de sécurité. CA s'allonge dans la glissoire...le préposé le retient pas les bras pour ne pas qu'il tombe avant le bon moment...j'ai le coeur qui débat...3,2,1 il est parti ! 

C'est mon tour...je m'allonge...je ne vois même pas la glissoire tellement c'est à pic ! Je croise les bras et les jambes...il me pousse...et ça descend ! C'est une véritable chute libre. Tu passes dans un tunnel vitré avec des requins et d'autres espèces de poissons et tu atterris dans l'eau du bassin. Quelle sensation ! L'adrénaline à fond ! Le coeur à 200 pulsations minute. 



































Nous faisons quelques autres glissoires et nous retournons une deuxième fois dans Tower of Power, question de prouver définitivement notre courage. Nous quittons le parc vers 17h30.  La photo de l'éléphant la trompe relevée est pour notre amie Sylvie qui les collectionne. Celui-ci était un peu gros à ramener sur le voilier...

Retour à la marina où nous retrouvons Stéphane de SAS3. Stéphane était inquiet de notre absence. En effet, nous quittions tôt le matin et revenions tard le soir sans le croiser. Nous en profitons pour prendre un verre de vin et souper ensemble sur Umialtak. 

Nous sommes crevés de notre journée aquatique. Demain, c'est l'entretien du bateau qui nous occupera.

Vendredi 7 octobre

Un bateau, c'est beau, mais il faut l'entretenir. La liste des tâches à accomplir est longue. 

FX et François lavent et cirent le pont et la coque. Un travail de plusieurs heures en plein soleil. En fin de journée, question de se rafraichir, ils plongent sous le bateau pour changer l'anode d'arbre d'hélice. Pas évident de dévisser quatre vis sous la coque. Nous nous relayons avec la brosse pour nettoyer l'hélice qui accumule les coquillages et la barbe végétale. Avant le souper, le travail est totalement accompli. Super ! 

Un beau travail d'équipe. Josiane s'est occupé de l'intérieur du bateau. 

Après le repas, François installe la nouvelle batterie qui a été livrée en après-midi. Tout est correct. Le moteur démarre au quart de tour. Un problème de résolu. Dodo.

Samedi 8 octobre

François reprend le temps perdu pour la mise à jour du site internet. Écriture des textes, sélection des photos, mise en ligne. Josiane amorce la lessive. FX nettoie l'annexe. Il fait encore beau et chaud. Le vent est fort avec plus de 20 noeuds dans la marina.

Le programme se déroulera au bateau pour accomplir les tâches à faire avant le départ pour le Sénégal. En faisant la lessive, Josiane rencontre un couple de français retraité qui quitte aussi pour le Sénégal dans quelques jours. Nous allons les visiter en début de soirée. 

À 19h, Roger et Nicole du Mariclara nous reçoivent chaleureusement. Comme nous, ils navigueront vers Dakar, le Cap-Vert et ensuite le Brésil. Ils sont déjà venus au Québec et ils en gardent un excellent souvenir. Nous les croiserons sûrement au Sénégal.

Dimanche 9 octobre

François travaille la réalisation du reportage de CA sur les voiliers. Nous tournons des scènes et préparons ensemble le scénario. La collaboration de l'élève n'est pas évidente. Le producteur propose que ce soit le dernier reportage... 

Josiane continue la lessive en faisant sécher sur le bateau. De toute façon, la sécheuse ne sèche rien ! FX installe son annexe pour la traversée vers le Sénégal, il va même acheter une frite de piscine pour éviter que le youyou ne frotte sur le bossoir. FX est très responsable et il travaille bien.

En soirée, nous sommes invités sur SAS3 pour une petite soirée cinéma. Ann a ramené de Belgique le dernier Pirates des Caraïbes IV et nous profitons d'un vrai téléviseur et d'un cinéma maison. Nous passons une soirée agréable a voir les péripéties de Johnny Depp.

Lundi 10 octobre

Lever tardif de l'équipage. François réalise le montage vidéo du reportage de CA. FX et CA font de l'école à bord. Josiane lave les draps. Nous faisons du ménage dans le bateau. Les jeunes et Josiane se rendent à la piscine du Pinehurst pour une saucette car il fait très chaud ! 

François termine la mise en ligne sur Youtube et met le reportage sur notre site internet.

À 19h, nous recevons Jérémy et Aude, de jeunes navigateurs français. Ils ont quittés la France en 2008. Ils possèdent différents documents PDF de guides nautiques qui pourraient nous être utiles au Sénégal et dans les Caraïbes. Nous discutons autour d'un verre. 

Une belle rencontre avec des jeunes qui choisissent de vivre sur leur bateau et de travailler aux escales. Josiane et Aude échangent des livres.

Pour souper, à 21h45, nous mangeons une succulente pizza préparée par François-Xavier. 

Demain, Josiane ira faire l'avitaillement final avec Ann.

Mardi 11 octobre

Lever tardif de l'équipage. Nettoyage de l'inox. Ménage dans le bateau. Préparatifs finaux pour le départ.

En fin d'après-midi, Ann nous amène gentiment aux Mercados pour faire de l'avitaillement. Nous plaçons tout le matériel dans le bateau.

Mercredi 12 octobre

Encore des préparatifs pour aujourd'hui: Faire le plein d'eau, remiser les vélos, préparer les douches solaires. Préparer trois soupers pour les premiers jours de navigation (c'est toujours gagnant qu'en ça brasse et que l'on n'a pas le goût d'entrer cuisiner).

Josiane va à l'aéroport avec Ann pour les formalités de départ mais il faut se rendre jusqu'à Santa Cruz (à 45 minutes) ! Les filles en profite pour faire encore de l'avitaillement au Carrefour. Josiane va se faire couper les cheveux chez la coiffeuse.

Nous soupons dans un resto près de la marina. Appels Skype en soirée.

Jeudi 13 octobre

C'est le départ vers Dakar pour une navigation de 930 miles que nous espérons calme et sans mauvaise surprise. Adieu les Iles Canaries !