Umialtak
Les aventures d'une famille en voilier
   Home            Ile de Florès - 15 au 21 juillet 2011

LES AÇORES - ILES PORTUGAISES

ILE DE FLORÈS - DU 15 AU 21 JUILLET 2011

Vendredi 15 juillet

Nous sommes arrivés à Porto Das Lajès après une traversée de 12 jours en provenance de Port Hawkesbury, Nouvelle-Écosse, Canada.
Nous sommes accueillis par Robert et Lucie du voilier Mélodie (Bénéteau First 34.5 de Québec) et de Jean-Yves et Claudine (des Français qui résident à Florès durant l'été et que nous avons connus durant la traversée via les ondes du radioamateur de France).



























Un douanier, nommé Victor, s'occupe des douanes et de l'immigration au Portugal. C'est simple et efficace et en plus il parle français. Bel accueil.
Nous sommes fatigués. Petite marche au alentour pour reconnaître les lieux, douche en plein air, souper et dodo bien mérité. Le paysage est très beau.

Samedi 16 juillet

On dort assez tard (11h) et nous partons par la suite à la recherche d'une épicerie. 

Nous marchons beaucoup (en montant) et nous trouvons un beau belvédère. Il s'agit du Mirador dos pescas blancas. La vue est imprenable sur le port et toute le village de Florès. En passant devant une station-service, nous voyons qu'il est possible de louer une voiture. Nous réservons une auto pour demain matin. Le commis mention qu'il sera là à 8h30 même si officiellement le commerce ouvre à 10h le dimanche. 



























Nous trouvons deux épiceries un peu plus loin. Nous faisons quelques achats pour 55 euros. Nous revenons au bateau. 

Pour le souper, hamburgers sur le BBQ Napoléon qui fonctionne à merveille ! L'été dernier nous avions éprouvé des difficultés d'allumage qui étaient reliées au tuyau d'alimentation en propane. Nous avons un beau tuyau neuf, il fonctionne maintenant à merveille...loin devant un Bouba Keg à briquettes de charbon de bois comme à l'ère préhistorique... Nous accompagnons le tout d'un excellent vin portugais à...3 euros.

Préparation du lunch et des sacs pour la randonnée prévue demain.

Dimanche 17 juillet

On part à 8h30 avec notre matériel pour la journée. Première surprise...le garage est fermé même s'il est 8h45 ! Ça sent pas bon ! Restons calme, nous sommes en vacances. Vers 9h, une voiture se pointe avec deux personnes, ils ont l'air de chercher le jeune commis d'hier. Ils téléphonent...et semblent parler au proprio. C'est une interprétation libre du dialecte car nous comprenons absolument rien ! Nous sommes comme des slovaques qui auraient appris le français de France par correspondance et qui se retrouve au Lac St-Jean ! Nous devinons...avec le ton et les mimiques...

Trois motos Harley arrivent pour faire le plein. Les deux autres semblent expliquer que le jeune innocent s'en vient. Il est 9h15. En effet, quelques instants plus tard, la petite Suzuki blanche arrive en hâte. Le jeune préposé débarque, nous regarde du coin de l'oeil et se dirige à l'intérieur pour ouvrir les pompes. Les deux autres entrent à l'intérieur et discutent avec le jeune commis. Celui-ci ressort en nous mentionnant, comme ça, que nous n'aurons pas la voiture car elle est louée...! Un des deux hommes quitte avec la voiture et nous restons là, sans voix, même pas capable de lui faire savoir notre façon de penser.

Nous quittons donc Fazenda...à pieds vers 9h35. Le moral est bas. François propose de marcher de l'autre côté de Florès pour admirer la vue des montagnes. L'équipage est d'accord, nous marchons sous la direction de Charles-Antoine qui choisi les rues au hasard. Nous voyons des indications pour Faja de Lupo Vaz. Il y a une table à pique-nique et un point de vue. Nous suivons dans les indications pendant 45 minutes pour finalement arriver au début d'une piste de randonnée pédestre qui longe la côte sud de l'ile.

Il s'agit d'un microclimat. Il y poussent des bananes, des fugues, du raisin et même des ananas. C'est l'exotisme tropical ! La vue est fantastique et le dénivelé plutôt élevé. 














































Nous partons de la falaise pour descendre au niveau de la mer. Les falaises sont très impressionnantes. Il ne faut pas trébucher dans le sentier. Nous mangeons notre lunch au bord de la mer. C'est une plage de gros galets. Les jeunes arrivent à aménager un jeu de pétanques. Nous remontons la montagne après le dîner...il fait chaud. Nous buvons à même une source naturelle. Le retour vers Florès se fait bien. Une petite randonnée pédestre de 6h30 au total ! Baignade et douche au retour. Souper au bateau et dodo.












































Lundi 18 juillet

Nous avons entrepris la tâche de nettoyer les réservoirs d’eau douce du bateau. Umialtak possède 3 réservoirs en acier inoxidable d’une capacité de 350 litres chacun. Lors des préparatifs à Havre-Aubert, nous avions seulement rincé et rempli les réservoirs. Croyant, à tort, que ceux-ci étaient propres. En navigation, nous avons aperçu certaines particules non-identifiables...François décide donc de nettoyer les réservoirs à fond. Premièrement: vider au complet, traiter les réservoirs avec un produit spécialisé, laisser agir, remplir au complet, vider au complet, traitement à l’eau de javel, laisser travailler, vider, remplir au complet, vider au complet, remplir seulement le fond du réservoir et vider complet 5 fois pour enlever le maximum de particules qui se retrouvent toujours au fond dans les derniers coups de pompe à pied. C’est long... mais il le faut. 

Même si, en temps normal, nous ne buvons pas l’eau des réservoirs, nous nous en servons pour la vaisselle, la cuisson, se brosser les dents et se laver. Comme nous nous dirigeons vers l’Afrique, nous souhaitons, en cas de nécessité, être en mesure de boire l’eau des réservoirs. Cela prendra 3 jours (entrecoupés d’activités) pour venir à bout de la tâche. Le résultat final est très satisfaisant.

C’est aujourd’hui que débute l’école officiellement. Même si la lecture est avancée, le travail académique n’a pas encore débuté. Nous planifions donc les objectifs académiques et chaque garçon détermine son horaire de travail par jour. FX travaillera comme au secondaire sur un horaire de 9 jours tandis que CA travaillera sur 5 jours.


En p.m., nous escaladons le village pour se rendre à l’épicerie avec nos sacs à dos. Il fait chaud et le soleil plombe. Nous arrivons là pour se rendre compte que l’épicerie est fermée ! Pas d’affiche, d’horaire ou rien. C’est fermé un point, c’est tout ! Vous reviendrez un autre jour... Nous retournons donc au bateau avec les propos de l’ado et du pré-ado qui n’ont pas apprécié de se faire arnaquer...


Nous allons à la plage et à la douche en plein air. Par la suite, souper au Beira Mar, une pizzeria près du port. La pizza est excellente, le service, ordinaire, sans plus. Nous assistons à la fête des émigrants des Açores. Une petite parade avec des danseurs et une fanfare. Les gars mangent une barbapapa avant de revenir au bateau pour la nuit.

Mardi 19 juillet

En avant-midi, c’est le travail académique. En fin d’avant-midi, nous remontons à l’épicerie. Cette fois, c’est ouvert ! Nous faisons nos achats et revenons au bateau. 

FX, CA et François vont plonger en apnée dans le bas de la falaise. Le site est intéressant, nous voyons des poissons bleus et rouges, des raies et des morceaux d’épave. Nous n’avons pas apporté notre lampe de poche pour entrer dans la grotte qui est très noire. C’est une plongée agréable, à vue du voilier.














 

Dans l’après-midi, les gars s’amusent avec les deux jeunes d’un bateau voisin. Ils jouent sur le quai, se baignent et nous les entendons rire dans les environs. Cet équipage provient de la Californie. Ils naviguent sur un Swan (un voilier très dispendieux et réputé) et ils sont partis de chez eux il y a neuf (9) ans !

Nous terminons la journée par la baignade et la douche.

Mercredi 20 juillet

L’école en matinée. Dans l’après-midi, c’est Josiane qui va plonger avec les gars. Durant ce temps, François pompe l’eau des réservoirs d’eau douce...

Nous faisons un peu de ménage dans le bateau. Josiane frotte le pont sous un soleil de plomb ! Pour celles qui veulent la plaindre, ce n’est pas nécessaire. Elle a son bikini, sa crème solaire et ses lunettes fumées. Elle ne ressemble pas à une esclave sur une goélette des années 1500 ! Nous laissons aussi notre marque sur le quai de Florès. Le concept n'est pas aussi élaboré que celui prévu pour Horta mais il restera une trace du passage de l'équipage d'Umialtak pour les prochaines années.


François finalise le diaporama de la traversée de l’Atlantique.  Le site a été visité plus 7000 fois. Une motivation supplémentaire pour François car c’est beaucoup de temps et d’énergie de raconter son périple au fur et à mesure. C'est parfois difficile d'obtenir une connection internet sans fil stable. Notre antenne Radio Labs nous aide beaucoup mais le réseau est très instable.

Nous préparons le bateau pour partir demain matin. 

Jeudi 21 juillet

Nous quittons le port de Florès à 7h30. Nous sommes directement au-dessus de l’anticyclone dons pas de vent. Sur la mer, c’est la réalité. Un petit vent qui joue au fou...sud ouest..nord est...8 noeuds...2 noeuds. Nous alternons entre moteur et voile avec une moyenne de 3 noeuds.

En début de soirée, le vent s’établit du nord est à près de 12 noeuds. C’est moyen mais c’est mieux que le moteur qui gronde et qui sent le diesel. Il a plusieurs bateaux autour de nous. 2 gros cargos, des bateaux de pêche et 2 voiliers. Nous écarterons les voiliers durant la nuit. 

La suite... Ile de Faial et Ile de Pico 22 juillet au 3 août 2011