Umialtak
Les aventures d'une famille en voilier
   Home            Ile de Faial et Ile de Pico 22 juillet au 3 août 2011
ILE DE FAIAL ET ILE DE PICO (22 juillet au 3 août 2011)
 

Vendredi 22 juillet

Vers 4h30, François aperçoit les lumières de l’ile de Faial et le sommet du Pico se dessine au loin. Impressionnant. C’est le plus haut sommet du Portugal !
















Nous accostons à Horta à 13 h sous un ciel ensoleillé. Nous nous rendons au bureau de la marina pour s’enregistrer et faire l’immigration (aux Açores, il faut faire l’immigration sur chaque ile).

Nous allons marcher autour pour découvrir les environs. C’est un contraste avec Florès car nous nous retrouvons en ville. C’est beaucoup plus touristique (pas difficile à battre) et attrayant.














Nous allons faire du repérage à l’épicerie (un gros IGA) avec beaucoup de produits. Au retour nous prenons une bière au Peter’s Sport Café. C’est une institution à Horta. De nombreux navigateurs internationaux ont franchi les portes de ce bar réputé. C’est un must comme disent les Français.

Au retour, nous réservons au Restaurante Sal E Pico pour 20 h (les européens mangent plus tard que les québécois). Cette poussada, aménagée dans un ancien fort espagnol (construit en 1567),  donne directement sur le port et offre une vue imprenable. Le cadre enchanteur se reflète...sur l’addition mais la qualité et le service sont impeccables. Si vous souhaitez séjourner à Horta vous pourrez y coucher pour 300 euros...la nuit !

Nous assistons à une petite prestation musicale dans un parc en bordure de mer. 

Retour au bateau et sommeil réparateur pour tous.

Samedi 23 juillet

Lever tardif. En allant aux douches nous croisons Robert et Lucie du voilier Mélodie. À la marina, les douches sont payantes (2 euros par douche) mais ils fournissent les serviettes et le savon. Par la suite, nous visitons le petit marché public. Il y a quelques fruits et légumes mais nous sommes loin du marché Jean-Talon. Par contre il faut dire que les oranges (produit local) sont délicieuses...nous en achèterons souvent. Nous en profitons pour visiter cette partie de la ville avec ses petits commerces.

Dans l’après-midi, les gars font de l’école, Josiane sommeille et lit. François met à jour le site internet. Le réseau sans fil est irrégulier et plusieurs textes sont perdus...

Souper avec les brochettes des Iles sur le BBQ NAPOLÉON qui fonctionne à merveille. L’an dernier, nous avions connus des difficultés avec le tuyau d’alimentation en propane . Nous avons maintenant un tuyau neuf et ça chauffe fort même en plein vent. Nous sommes loin du BOUBA KEG qui fonctionne à briquettes de charbon de bois comme à l’ère préhistorique !

Petite marche après le souper pour aller à la plage de sable noir. Au retour, une petite partie de 500 avec un bon Porto Tawny à 6 euros la bouteille !

Dimanche 24 juillet

Magnifique soleil au lever à 9 h. Le Pico n’est pas dans les nuages. Nous sortons les vélos et allons faire une randonnée. 












A la sortie de la ville, nous découvrons une piscine naturelle. C’est très agréable de se baigner ainsi dans l’eau salée entre les rochers volcaniques.

Lundi 25 juillet

Lever à 6 h, nous prenons le traversier à 7 h 30 vers Madelena, Ile de Pico. Les gens sont matinaux, il y a plusieurs personnes à bord. Nous discutons brièvement avec deux couples d’Allemands qui se dirigent, eux aussi, vers le sommet du volcan Pico. Trente minutes de traversée et nous y sommes. Plusieurs personnes attendent sur le quai pour retourner vers Horta. Les gens sautent sur le quai même si le bateau n’est pas encore amarré. Nous faisons pareil...

Nous trouvons rapidement un taxi. Il devrait nous en coûter 20 euros pour monter jusqu’au Centre d’interprétation du Pico et cela prend près de 20 minutes. C’est de là que s’effectue le départ de la randonnée pédestre. Le chauffeur de taxi sera de retour à 16h, nous le paierons à ce moment-là.

Nous entrons dans le centre et nous sommes accueillis par les responsables. Il n’y a que nous et les quatre allemands rencontrés sur le traversier. Première demande, les papiers du responsable du groupe et les passeports des jeunes car cela semble rare que des enfants viennent faire l’ascension du volcan...Nous n’avons pas de papier, François a son portefeuille avec son permis de conduire mais on n’a pas pensé prendre nos passeports...

C’est obligatoire. no paper... no passa... Pas de papier, pas de randonnée ! *&!?  Les papiers sont dans le bateau...sur l’autre ile ! Pas de papier, pas de randonnée...c’est la loi. C’est un parc et c’est fortement règlementé.

En y pensant rapidement, Josiane songe aux copies de passeport que nous nous sommes envoyés par courriel en cas de pépins. Mais nous sommes en milieu isolé en plein bois... Avez-vous internet ? Oui... Ainsi nous récupérons les copies de passeport, notre digne représentant de la loi est satisfait et nous pouvons maintenant signer sur les bonnes lignes du formulaire.

Après avoir visionné un court métrage sur la sécurité en randonnée sur un volcan, nous recevons les consignes d’usage. Il faut rester dans le sentier sinon...1 200 euros plus 16% de taxe applicable pour la récupération en cas de blessure... On nous remet aussi un cellulaire et GPS intégré en cas d’urgence pour les contacter.

Après avoir enfilés nos pantalons et manteaux, nous quittons le camp de base pour débuter l’ascension.Quelle expérience! Au départ nous marchons dans les nuages. La visibilité est faible et il tombe une petite bruine. Nous avons 45 bornes à repérer jusqu’au sommet.














Après une heure de marche environ, nous sortons des nuages. L’ascension se poursuit! Ça devient plus de l’escalade que de la randonnée pédestre! Le paysage est magnifique. On sent aussi l’effet de l’altitude.

À la borne 15, collation. Nous sommes fatigués, essoufflés, rouges comme des tomates. Chacun notre tour, on vit des moments de découragement, les autres nous encouragent. On continue! Nous sommes maintenant au-dessus des nuages ! Nous verrons même un avion passé en bas !

















Au bout de 3 h 15 minutes d’ascension, nous arrivons à la borne 45 et découvrons le cratère du Pico. Wow! C’est magnifique!

















Après un lunch bien mérité, nous tentons de monter jusqu’au sommet. Josiane a l’impression d’être une fourmi qui marche dans un BBQ. Partout de la roche volcanique! Les gars iront plus haut et prendrons beaucoup de temps à redescendre...c’est vraiment de l’escalade et la roche est plutôt instable. A chaque pas, des roches roulent sous nos pas.












Vers 13 h 45 on entame la descente...qui sera, dans le cas de Josiane, plus pénible que la montée. C’est très difficile sur les genoux. Charlot fait quelques petites chutes sans conséquence à part d’être sale. 

Les muscles des cuisses de Josiane disent que c’est trop pour eux vers la borne no 15! Elle a les jambes molles et les sent trembler ! Les enfants l’encouragent. Josiane sent qu’elle va s’ennuyer de son amie Sylvie, la chiro !

Nous arrivons enfin au camp de base vers 16 h 45 . Le taxi attend depuis 45 minutes! Fatiguée morte, Josiane s’y affale. 

Mission accomplie, nous avons grimpé (et redescendu) le Pico, un volcan fort impressionnant et le sommet le plus haut du Portugal !

De retour au port, les gars achètent des t-shirts en souvenir de cette randonnée que François qualifie d’expérience optimale.

Mardi 26 juillet

Journée de repos après notre excursion au Pico la veille. Josiane a de la difficulté à marcher! 





Mercredi 27 juillet

Location d’une voiture (Ford Fiesta) et tour de l’île de Faial. Nous nous arrêtons à Varadouro pour profiter des piscines naturelles en bordure de mer. C’est très bien aménagé.









Il y a une véritable piscine à vagues et dans une autre section une glissade qui nous permet de tomber dans la mer...12 pieds plus bas ! Sensations fortes garanties...même pour Josiane ! On bénéficie aussi d’un nettoyage nasal à l’eau salée !

Nous visitons ensuite le volcan des Capelinhos et le centre d’interprétation. 









Très intéressant pour Charlot qui doit faire une recherche sur les volcans (à remettre le 15 août). Toute cette section de l’île a été ajoutée suite à l’éruption du volcan en 1957. La vue au sommet du fort est très belle. Tout est de la poussière noire.

Nous complétons le tour de l’île en allant au sommet de la caldeira. Partout, nous avons de magnifiques vues sur les îles avoisinantes et notamment sur le Pico.









On en profite pour cueillir trois hortensias, question de se faire un petit bouquet sur le bateau...il y en a partout, c’est pour cette raison que Faial s’appelle l’île bleue.

Arrêt à la plage de Praia do Almoxarife, du côté est de l’île.

Nous profitons de la voiture pour faire un avitaillement majeur...en liquide: jus, eau et vin.

















Jeudi 28 juillet

C’est aujourd’hui que nous commençons notre peinture sur le mur de ciment à Horta. C’est une tradition. Chaque équipage de passage doit faire un dessin sur un des quais ou des murs de ciment entourant la marina. La légende dit aussi que c’est un porte-bonheur alors si on ne le fait pas...

Le croquis a fait l’objet d’un travail d’équipe. En traversée, chaque membre de la famille a fait un dessin et l’a présenté aux autres. Celui qui a reçu les meilleures notes a été sélectionné (celui du capitaine !) tout en ajoutant les éléments intéressants des autres dessins.

François a finalisé le croquis et l’a reproduit sur le mur. 












Sous l’oeil attentif de notre capitaine artiste-peintre, les autres membres de l’équipage ont peint certaines sections. Plusieurs personnes s’arrêtent pour nous parler et prendre des photos. Cela crée des contacts avec des gens de partout à travers le monde (France, Angleterre, Suisse, Suède, E-U,...) 

Les photos permettront de voir l’oeuvre finale ainsi que le work in progress.

En soirée, les parties de 500 se poursuivent. Les couettés (François et FX) battent les frisés (Josiane et Charlot).

On sort aussi le jeu des drapeaux du monde. On organise des quiz Moments de vérité, les gagnants peuvent se voir accorder des crédits de vaisselle ou des crédits-utilisation de l’ordi. Charlot est très fort et connaît déjà par coeur les 50 premières cartes. Un gars de 10 ans qui peut vous identifier les drapeaux de Trinidad et Tobago, de Chypre, de la Corée et de la Hongrie! C’est aussi pratique pour reconnaître les pavillons des autres bateaux.

Vendredi 29 juillet

Surprise ce matin. Il pleut. Première journée depuis trois semaines...on peut pas se  plaindre. Les gars font des études. En après-midi, ça se dégage. 

Visite du musée du Scrimshaw (en haut du Peter’s Café) et ensuite François travaille le dessin en peignant les lettres du logo d’UMIALTAK. 












Josiane ira faire des courses et refaire une réserve de stugeron (médicament pour le mal de mer).

Nous allons souper au restaurant, plus précisément au Canto Da Doca. Celui-ci est en bordure de la marina et offre une magnifique vue. Les repas sont servis sur des pierres volcaniques très chaudes. Chacun choisi ce qu’il veut: poissons, crevettes fraîches, porc, poulet ou boeuf. C’est excellent et chacun mange à son rythme et à son goût. Un souper fort agréable.

Nous passons, incognito, devant notre oeuvre. Des gens sont arrêtés et observent celle-ci avec attention. Mais elle n'est pas encore terminée.


Mise à jour du site internet et dodo.

Samedi 30 juillet

Tôt le matin, François va travailler sur le dessin. Il reste à travailler le logo et quelques détails. Josiane et Charlot se rendent à la plage de Porto Pim pas très loin de la marina. Au retour, Josiane va au Contiente (le supermarché) pour faire des courses afin de préparer le souper.

Le concours Un souper presque parfait est revenu ! C'est Josiane qui est la première concurrente. Elle nous propose en entrée une salade mixte, une brochette de crevettes fraîches comme plat principal et une fondue au chocolat comme dessert. Elle s'assure beaucoup de points avec l'ananas frais des Açores ainsi que les petites fraises...
Une bonne bouteille de vin blanc accompagne le tout.

Dimanche 31 juillet

Dernières touches à l'oeuvre Umialtak. C'est fini ! Nous avons plusieurs commentaires positifs. Nous laissons ainsi la trace de notre passage à Horta et de notre expérience hors de l'ordinaire.

























Dans l'après-midi nous allons à la plage. Nous jouons au freezbee, l'eau est bonne. Il y a passablement de monde vers 16h. Les locaux arrivent tard. 

François et Xavier se heurtent le nez sur les portes de l'épicerie fermée...Rénovations majeures pour la journée. FX est déçu, il n'aura pas les ingrédients requis pour ses recettes. 

Notre ami Marc, vient nous donner des indications pour les marinas et mouillages aux Iles Canaries. Nous jasons un bon bout de temps. Marc a quitté la France il y a plus de deux ans et navigue seul. Il a visité la Scandinavie et il prévoyait se rendre dans les Antilles. Sa maison, en vente depuis deux ans, ne se vend pas. Elle est située en France, près de Genève et cette situation l'obligera peut-être à rebrousser chemin pour aller remplir sa caisse de bord. 



À la dernière minute, François fait un échange de journée et fera le concours ce soir. Au menu; linguine, sauce béchamel et homard des Iles-de-la-Madeleine. C'est délicieux ! Le concurrent perdra sûrement des points car il n'y avait pas d'entrée et de dessert. Le chef paie la traite aux cornets et aux bonbons pour se racheter...

Lundi 1 août

Nous quittons Faial pour aller visiter Madelena sur l'Ile de Pico.  Nous arrivons à 10h30. Nous allons échanger le chandail de Josiane et nous nous rendons à la Coopérative vinicole de Pico. Selon le livre, il y a parfois des visites en après-midi. Nous regardons à travers la porte...ça semble fermé. Un homme arrive, descend de son véhicule et ouvre la porte...!  Petits cons...nous n'avions pas essayé de l'ouvrir !

Ben, un jeune d'une trentaine d'années nous fera faire une visite...il n'avait rien à faire de particulier et nous sommes là ! Ben a habité au Canada et il y a suivi son cours en viniculture. Il parle donc couramment anglais. C'est une coopérative. Les membres viennent déposer leurs raisins et participent au profits. La production n'est pas grande car elle se limite aux Iles des Açores et quelques caisses sont envoyées au Portugal.



















Nous avons droit à une dégustation. Le vin typique de Pico est assez sec et pas très agréable en bouche. La deuxième dégustation est un vin plus liquoreux. Celui-là est très bon. Nous repartons avec sept bouteilles (42 euros)...dans nos deux sacs à dos. Sous la recommandation de Ben, nous allons dîner au restaurant A Parisiana. C'est le buffet obligatoire mais il y a une belle variété et nous mangeons amplement pour 8 euros par personne.

Retour vers le port de Madelena. Nous reprenons le traversier de 14h. Ça brasse. Il y a de la houle et le bateau brasse pas mal. Nous sommes confortable à bord d'Umialtak... Xavier va faire ses courses au marché tandis que Josiane, François et C.A. vont magasiner des chandails à la boutique souvenirs de chez Peter's Café.
François et FX retournent à l'épicerie. C'est la transformation totale ! Tout est changé de place, de nouveaux étalages, un coin poissonnerie, boucherie, pâtisserie...
C'est super. Nous retournons au bateau en vélo. 

Nous allons nous renseigner au bureau de la marina s'il y a de la place à la Marina de Vélas sur l'Ile de Sao Jorge, notre prochaine destination. Il semble que non. Nous retardons donc notre départ à mercredi. S'il n'y a toujours pas de place à quai lors de notre arrivée, nous jetterons l'ancre près du port.

FX prépare ses recettes: médaillons de porc à la moutarde de Meaux et parfait à la fraises, au porto et au chocolat. Son sous-chef est François. La cuisine est beaucoup plus difficile à bord du bateau car il y a peu de comptoir, le frigo doit s'ouvrir le moins souvent possible, l'évier est souvent encombré... Cela demande la planification et de l'organisation. FX nous servira un excellent repas accompagné d'un vin blanc de Pico. Les juges semblent épatés...

Nous jasons un peu avec nos amis de L'arrache coeur et notre ami Marc. Lecture et dodo.

Mardi 2 août

François travaille le site internet en a.m. Il solutionnera la problématique d'enregistrement du site qui était présente depuis 2 jours (ça semblait trop lourd et très long) en séparant le texte en plusieurs pages. Notre visite aux Açores sera donc divisée pour chaque ile et non pas tout d'un bloc. François réinsère les photos une à une.

Josiane et C.A. vont au marché pour les ingrédients de ce soir. Josiane fait trois brassées de lavage que nous accrochons sur des cordages du bateau. Les gars font un peu d'école. Nous nous dirigeons vers la plage de Porto Pim.

Charlot et Josiane vont à l'épicerie faire les courses pour la dernière soirée du souper presque parfait. Nous aurons droit à une entrée de nachos gratinée, des fajitas au boeuf et une bonne salade de fruits maison comme dessert. Après compilation officielle des notes, c'est F.X. le grand gagnant.

Préparation du bateau pour le départ de demain. Remplissage des réservoirs d'eau, nettoyage du pont, rangement des vélos...

Petite marche après le repas pour saluer notre ami Marc. Mise en ligne du site internet et dodo.

Mercredi 3 août

Nous quittons Horta vers 9h. Nous ne savons jamais à l'avance si notre prochaine destination nous donnera accès à Internet pour nous permettre de communiquer par Skype et de maintenir le site à jour.

Ce matin, le Pico est complètement dans les nuages. 

Suite dans la page pour l'Ile de Sao Jorge... Ile de Sao Jorge 3 au 8 août 2011