Umialtak
Les aventures d'une famille en voilier
   Home            Été 2009 - Les Maritimes
VOYAGE DANS LES MARITIMES - ÉTÉ 2009
 
Dernière mise à jour: 21 août 2009
 
Journal de bord du vendredi 10 juillet au jeudi 6 août 2009:
 
SEMAINE 1:
 
Vendredi 10 juillet et samedi 11 juillet (beau temps)
Nous avons quitté les Iles-de-la-Madeleine vendredi soir tel que planifié. Par contre, le vent prévu de 15 noeuds était beaucoup plus fort. Nous avons donc rencontré des vents de 30 noeuds une grande partie de la nuit. La vitesse du bateau était impressionnante ! Entre 9 et 9,8 noeuds dans la grosse houle, c'était du sport. La lune était presque pleine et offrait un bon éclairage. Josiane et François n'ont pas dormi de la nuit compte tenu de l'état de la mer et du fait que nous étions carrément survoilé. Le voilier est extrêmement stable et nous sommes en confiance malgré l'action. Josiane et Xavier seront incommodés au cours de la nuit! Au petit matin, vers 6 h 30, Josiane réveille l'équipage en criant de sortir voir le spectacle. Le bateau est entouré de baleines ! 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Photo prise par le moussaillon Charles-Antoine
 
 En fait ce sont des globicéphales noirs de l'Atlantique. Il y en a partout ! Pas 2 ou 3 mais au moins une centaine ! Ils suivent le bateau, passent sous la coque par groupe et nous suivent ! Certains sont à moins d'un mètre du bateau ! Quel spectacle extraordinaire qui nous fait oublier notre nuit agitée ! Charles-Antoine prend de superbes photos. Nous naviguerons jusqu'à Ingonish dans une petite marina abandonnée. Nous y passerons une nuit calme au quai.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Dimanche 12 juillet (beau temps)
Nous devons quitter très tôt (5h15) pour avoir un courant favorable dans l'entrée du Great Bras d'Or. À notre sortie du chenal d'Ingonish, Xavier assis dans le cockpit remarque que nous trainons quelque chose ! Arrêtez le moteur. François tire sur le câble jaune et découvre une cage à homards avec 4 beaux homards !   &%?!   Le cordage est bien solide mais ne semble pas être dans l'hélice. Nous descendons l'annexe pour aller voir de plus près.  Le cordage est accroché après l'anode avant. En tirant en sens inverse nous la dégageons. Nous avons pitié du pauvre pêcheur qui perdra sa cage si nous la remettons à l'eau à cet endroit et nous embarquons la cage à bord de l'annexe pour  la rapporter au bord avec tout son contenu. Nous reprenons la mer avec un peu de retard mais avec le sentiment du devoir accompli. Apercevons des dauphins. Les vents sont instables et se stabiliseront finalement à 25 noeuds en plein nez pour entrer dans le chenal qui mène au Lac Bras D'Or. Notre vitesse à plein gaz varie entre 4 et 4,5 noeuds. Nous traverserons  les endroits avec le plus de courant à une vitesse de 9 noeuds avec 25 noeuds de vents de face ! Imaginez si nous avions eu le vent de dos !  Notre entrée dans la Baie de Baddeck se fera avec ce vent fort pour entrer au quai. 3 tentatives seront nécessaires. Aussitôt au quai, plusieurs personnes viendront nous rencontrer pour discuter. Plusieurs québécois reconnaissent notre drapeau à Fleurs de lys dont l'équipage du voilier Partance de Gaspé. Dans la soirée, nous ferons connaissance avec deux autres équipages québécois: Post Partum de Carleton en Gaspésie et Simmerdim d'Halifax (anciennement de Rimouski). 
 
 
 
 
Lundi 13 juillet (beau temps)
Visite à la Coop de Baddeck en avant-midi pour F-X et François. En après-midi, visite du centre Alexander Graham Bell suivi de visite dans les boutiques. Nous ferons même développer les armoiries d'Umialtak dans une boutique d'antiquités écossaises. Un 5 à 7 des équipages québécois s'organisent au Yellow Celo Café près de la Marina. 12 personnes qui développent rapidement des liens d'amitié. Xavier et Charlot s'amuseront au jeu Zigity avec Thomas et Florence de Simmerdim.
 
 
Mardi 14 juillet (beau temps)
 
Expédition à vélo en matinée pour Xavier et François. Zigity pour les enfants d'Umialtak et Simmerdin avec dîner au grilled cheese. Visite à l'ile en face de la Marina et un peu de baignade avec l'équipage de Simmerdin (Jacinthe, Gilles, Thomas et Florence). Souper au Bell Buoys. Soirée musicale Ceilidh à Baddeck avec violon, piano et cornemuse.
 
Mercredi 15 juillet (beau temps)
Baddeck au quai public. Plein d'eau. Avitaillement en nourriture à la Coop. Préparatifs du départ prévu vers midi. Les 3 prochaines nuits se feront à l'ancre sur le Lac. Première nuit à l'ancre à Maskells Harbour une jolie petite anse bien protégée. 5 à 7 sur Umialtak avec l'équipage de Simmerdin. Ce n'est qu'un aurevoir car nos projet de navigation sont différents.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 Jeudi 16 juillet (beau temps)
Départ de Maskells vers 9h. Route à moteur pour 4 miles avant de traverser le pont de Bara Strait séparant le Lac Bras d'Or en deux.
 
 
Suite au pont, nous levons les voiles. Vents variables en force et direction, preuve que les hautes montagnes qui nous entourent dévient le vent. Mouillage à Little Harbour (navigation totale de 15 miles nautiques). Entrée dans la baie par une petite passe de seulement 60 pieds de large. Nous sommes seuls dans la baie. Les matelots souhaitent que nous allions souper au restaurant, Cape Breton Smoke House, situé au bord de la baie mais au milieu de nulle part par la terre. Nous sommes seuls au resto servis par la propriétaire allemande . La nourriture est excellente et nous retournons au bateau avec Mini Umi.
 
 
Vendredi 17 juillet (brume et pluie légère)
Départ de Little Harbour pour Marble Mountain située tout près à 4 miles. Essai de mouiller devant le quai public mais trop d'eau. Mouillage au fond de la baie de Clarke Cove. Retour en Mini Umi vers le quai public pour une randonnée pédestre au sommet de Marble Mountain près d'une ancienne carrière.
 
 
 
 
 
Retour par la plage avec une eau claire et limpide car le fond est en bille de marbre. Baignade (ou plutôt lavage) de l'équipage car l'eau est chaude. Même Josiane est à l'eau et fait de l'apnée ! Retour au bateau pour une douche d'eau douce sur la plage arrière du voilier.
 
 
SEMAINE 2:
 
Samedi 18 juillet (nuageux, pluvieux en p.m. et soirée)
Départ de Marble Mountain vers St-Peters. Moteur car pas de vent ou vent de face. Nous devons négocier un chenal étroit et tortueux ce qui nécessite le lecteur de cartes. Belle navigation. Arrivée à St-Peters vers 12h. Installation au quai mais déménagement rapide au mooring (20$ au lieu de 55$). Vidange du réservoir d'eau noire  et remplissage des réservoirs d'eau douce. Nous profitons de la belle marina et de l'accueil chaleureux pour faire 3 brassées de lavage. Petite visite dans St-Peters avec une visite au Tim Hortons, Home Hardware et au Foodland. Pluie au retour avec nos sacs d'épicerie. Souper au bateau. Les gars profitent des douches chaudes après le souper. Parties de poker en soirée.
 
 
Dimanche 19 juillet (beau soleil et très chaud)
Visite de St-Peters: le canal et petite randonnée pédestre dans le parc du côté de la mer avec une très belle vue. Visite du petit musée Nicolas Denys et du musée MacAskill (celui qui a photographié le voilier Bluenose qui est sur le 10 cents). Proposition de François de se rendre à Louisbourg pour le lendemain. Une voiture de location nous sera livrée à St-Peters pour 9 h .
 
 
 
Lundi 20 juillet (beau soleil et chaud)
Départ pour Louisbourg à 9h30. 2 heures de route avec plusieurs routes en travaux. Le charme de Louisbourg opère toujours. Cette ambiance de 1745 est magique et la restauration est étonnante. Les garçons adorent le pain du soldat et l'animation. Au retour, un accident majeur nous oblige à prendre une autre route.
 
Nous ne visiterons donc pas Sydney. De retour au bateau, un peu après le souper, nous constatons qu'une des deux batteries est complètement morte.  &%!* ou plutôt $$$! Il va falloir changer les deux batteries et garder l'auto de location une journée de plus. Nous pensons nous rendre à la Marina Dundee ou à Port Hawkesbury demain matin... 
 
Mardi 21 juillet (Nuageux)
Avec la voiture louée hier, nous allons finalement à Port Hawkesbury à la recherche de nouvelles batteries car le seul marchand de St-Peters n'en a pas. Après quelques indications de Gerry de la Marina, nous nous dirigeons vers des commerces de pièces automobiles...Au 2e commerce, nous trouvons ce qu'il nous faut, deux batteries douze volts de 480 AH. Elles pèsent 150 livres et coûtent 650$ chacune. Pas le choix ! Heureusement, elles pourront être livrées dès demain directement au bateau que nous devrons amener à la Marina de Port Hakesbury. Nous repartons donc vers St-Peters en auto.
 
De retour là-bas, nous faisons le plein de diesel (171 litres). Nous levons l'ancre et nous nous dirigeons vers le canal de St-Peters pour sortir du Lac Bras D'Or et rejoindre à nouveau l'océan Atlantique. Les éclusiers font tourner le pont et ouvrent les portes de l'écluse. Nous entrons lentement... mais l'éclusier, pour une raison inconnue, attache l'amarre avant beaucoup trop rapidement... ET BANG ! Umialtak rentre carrément dans le quai de ciment. $/*&! 
 
Plus de peur que de mal c'est l'ancre qui accroche le quai. Le voilier n'a pas une égratignure mais le quai de l'écluse en ciment est abîmé ! Nous sortons du canal à 14h30. Nous faisons une heure quinze de moteur avant d'arrivée au Lennox Passage Yacht Club de D'Escousse à l'Ile Madame. Bel accueil. Nous rencontrons l'équipage du bateau moteur Marilou des Iles-de-la-Madeleine. Belle capitainerie.
 
 
 
Mercredi 22 juillet (nuageux, pluie forte)
 
 
 
Nous quittons D'Escousse dès 7h30 et nous ferons du moteur jusqu'à Port Hawkesbury car le Lennox Passage est tortueux et il pleut à boire debout ! Nous arrivons au port et 4 grands voiliers sont présents pour les festivités des Tall Ships. Nous nous installerons tout près d'eux. Nous visitons les 4 voiliers et le bateau de remorquage Théodore Too sous une forte pluie.
 
 
 
Jeudi 23 juillet (Brumeux et ciel gris en a.m. et percées de soleil en p.m.)
Nous quittons Port Hawkesbury à 5h15 a.m.  Nous passons l'écluse de Canso à 6h15. L'écluse est assez large que nous restons au centre pendant qu'ils la remplissent. Nous faisons une heure de moteur et hissons les voiles. L'équipage a de la difficulté a revoir la houle et certains souffrent du mal de mer.  Par la suite, beau vent de travers et de grand largue. Vers 10h, la mer devient forte avec de la grosse houle et le bateau qui va au grand largue est secoué. Nous décidons de réduire la voilure en milieu de p.m.
 
Josiane et François tentent de se tenir sur le pont pour abaisser la grand-voile. À ce moment, Charlot hurle qu'il a vu sauter une baleine ! Bien oui, Charles-Antoine, cela doit être un dauphin ou un globicéphale noir qui a montré sa nageoire dorsale...!
 
Et au plus grand étonnement du reste de l'équipage la baleine saute hors de l'eau à plus de 20 pieds dans les airs !
 
C'est un rorqual d'une trentaine de pieds qui sort carrément de l'eau de la tête à la queue !  Nous avons le souffle coupé, la baleine est à un demi mile sur bâbord...Nous cherchons l'appareil photo...la vidéo mais ne voulons rien manquer du spectacle. Elle sautera complètement de l'eau à 5 reprises et disparaîtra par la suite. Quel magnifique souvenir !  
 
(photo prise sur Internet car nous étions trop énervés pour prendre la photo)
 
Nous entrerons à la marina Quai Hector à Pictou vers 17h. Il n'y a qu'une place pour notre grosse embarcation. Les manoeuvres se déroulent bien mais l'équipage est fatigué. Nous faisons un peu de ramassage du bateau et nous dirigeons vers le Salt Water Café qui nous offre une vue exceptionnelle sur la baie et sur Umialtak amarré juste en face.
 
Vendredi 24 juillet (nuageux et pluvieux)
Nous profitons de notre avant-midi à Pictou (Nouvelle-Écosse) pour visiter 3 musées ! Le premier concerne l'historique des phares de navigation dans les Maritimes, le deuxième est dédié à la pêche et le troisième explique le développement des homards en incubateur pour une remise à l'eau afin de préserver la ressource.
 
Nous irons aussi visiter l'hôtel Braeside où nous étions venus en 2004. Au bout de l'un des couloirs de l'hôtel, il y avait une grande poupée souris. Charles-Antoine avait eu très peur de cette souris de la Nouvelle-Écosse lors de notre première visite. Nous sommes donc aller voir le propriétaire de l'hôtel qui nous a permis d'aller photographier Charlot et la fameuse souris !
 
Les gars découvrent un candy store (C.A. apprend très vite l'anglais lorsqu'il s'agit de bonbons...) et ils font des provisions. Nous irons visiter un autre musée en p.m. Il s'agit du musée du Ship Hector. Ship Hector est une réplique d'un grand voilier arrivé à Pictou en 1773. La population de Pictou s'est mobilisée pour construire un magnifique centre d'interprétation et la réplique du grand voilier qui flotte tout juste à côté de notre voilier. Josiane achète un superbe sac fourre-tout réalisé avec des voiles recyclées.  Xavier se procure un modèle à coller du Bluenose. Coucher tôt en prévision d'une grosse journée de navigation demain. La prévision météo annonce de grands vents (25 à 30 noeuds) et une mer avec des vagues de 3 à 4 mètres.
 
 
SEMAINE 3:
 
Samedi 25 juillet (nuageux a.m. - ensoleillé en p.m.)
Après une nuit de sommeil agité, l'équipage lève l'ancre à 5h15. Nous avons près de 75 miles nautiques à faire, une très grosse journée de voile à l'horizon. Nous sortons de Pictou sans problème mais dès notre arrivée dans le Détroit de Northumberland l'anémomètre indique des rafales à 38 noeuds...la journée va être sportive !
 
Le vent diminue pour se stabiliser autour de 15 noeuds une bonne partie de la journée. Nous avançons à 5 ou 5,5 noeuds. En approchant du Pont de la Confédération qui relie le Nouveau-Brunswick et l'Ile du Prince Édouard, la navigation devient plus ardue. Le vent monte, monte et monte encore.
 
 
 
 
 
 
 
Nous enroulons le genois à moitié, puis au trois quart et le bateau ne ralentit toujours pas. Nous fonçons littéralement vers le pont à 9,6 noeuds avec des rafales de vent à 33 noeuds ! La mer est agitée mais tout se déroule bien. Suite à notre passage sous le pont, nous affalons la grand-voile. Avec seulement le tiers du genois, nous nous dirigeons vers Summerside à plus de 7 noeuds.
 
Nous accostons au quai de remplissage d'essence à 19h. La journée a été éprouvante mais très agréable. Nous allons souper au Burger King (la joie des grandes villes !) et retournons au bateau en jetant au coup d'oeil aux boutiques du Spinnaker's Landing. Les gars ont trouvé un autre candy store ! Notre voisin est un voilier Amel 54 pieds des États-Unis. Leur bateau est superbe mais ils ont éprouvé des problèmes majeurs (changement du genois et de la grand voile ainsi que problème de propulseur d'étrave).
 
Dimanche 26 juillet (soleil et très chaud)
Aujourd'hui on relaxe. Corvée de lavage. Les gars visitent le candy store et parcourent Summerside à la recherche du mini-putt. En p.m., nous allons faire notre partie de mini-putt. François et F.-X. vont faire de l'avitaillement à l'épicerie. BBQ au bateau pour le souper, session de magasinage et coucher.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Lundi 27 juillet (temps couvert en a.m., orage, soleil et chaleur)
Nous aidons un catamaran de Chandler à accoster et nous quittons vers Shédiac au Nouveau-Brunswick. Le temps est nuageux et le vent varie de 10 à  25 noeuds. Nous naviguons au vent de travers et au près par la suite. Vers 14h, nous entrons dans un orage, tonnerre et éclairs sont au loin. Nous affalons les voiles à 8 miles de Shédiac et continuons à moteur. À 16h15, nous accostons au quai. L'accueil est chaleureux et acadien !
 
 
 
Enregistrement du bateau et marche vers la ville. Nous soupons en ville. Achat de provisions à la très belle Coop de Shédiac.
 
Mardi 28 juillet (soleil et très chaud) 
Mise à jour du site internet par François dès 7h. Planification de la journée à la réputée plage de Parlee Beach. Nous partons avec Mini-Umi pour la plage. Il y a très peu d'eau pour naviguer et l'eau est chaude! Nous accostons en retrait de la foule pour plus de sécurité. Les gars sortent leur planche de surf et se trouvent une belle marre d'eau pour glisser.
 
Les parents vont faire une reconnaissance des lieux. Plusieurs francophones, tous bien installés avec leur parasol et leurs chaises de plage. Retour au bateau en fin d'après-midi. Douches et 5 à 7. Soirée vidéo à bord avec pop-corn fait sur la cuisinière au gaz.
 
Mercredi 29 juillet (Soleil et très chaud - 31 degrés celcius !)
Nous quittons Shédiac à 8h15. Nous suivons le chenal très sinueux et étroit. Le capitaine demande au plus vieux matelot d'ouvrir la fenêtre du dodger pour avoir plus d'air dans la cockpit. Le matelot, sûrement encore endormi, ne réagit pas...Le capitaine laisse la barre et se rend lui-même...et comme il revient vers la roue...BANG !
 
Le voilier percute le fond avec violence ! Nous avancions à 6,3 noeuds et nous sommes montés au moins vingt pieds sur le haut-fond !  ?&*%$/"!    ?&*%$/!
Arrêt du moteur et marche arrière toute. Rien ne bouge ! Plus de moteur...rien en bouge ! Et nous qui avons peur de rester pris sur la plage avec le quatre roues motrices, nous voilà jacqué sur le fond de la mer avec le bateau ! Le capitaine ne la trouve pas drôle du tout.
 
Que faire ? Qui pourra nous sortir d'ici ? Nous pourrions sauter du bateau et nous n'aurions même pas de l'eau aux genoux ! Ca va mal en c...!
 
Comme l'équipage songe aux solutions possibles, Charles-Antoine s'écrit: Nous reculons ! Nous reculons !  Le capitaine avait laissé le bateau en marche arrière à 2000 tours/minutes durant la discussion et voilà que la seule force du moteur nous permet de reculer ! La force propulsive de notre grosse hélice trois pales a probablement chasser le sable sous le fond du bateau. Peu importe, le principal, c'est d'être sorti de là ! Nous reprenons la navigation en regardant attentivement les bouées et le lecteur de cartes.
 
L'entrée à Bouctouche est réputée particulièrement difficile, nous espérons que c'est bien balisé ! Tout se déroule bien et nous entrons à la Marina à midi.
 
Le bâtiment de services est très beau et l'accueil est excellent ! Plusieurs options s'offrent à nous: Le pays de la Sagouine, la Dune de Bouctouche, le safari des bisons. Nous optons pour une petite randonnée à vélo pour se rendre à la Dune. La marina nous prête 2 vélos de montagne et nous prenons les 2 nôtres. La randonnée de 12 kilomètres à l'aller est longue car il fait 31 degrés au thermomètre ! Vive la dune et sa plage!
Nous revenons au bateau vers 18h30. Douches, Préparation du souper. Le responsable de la marina nous dit que notre bateau est un HIT ! (en acadien) Les membres le trouvent très beau et très gros. Petite randonnée dans la ville de Bouctouche pour F-X et François après le souper.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jeudi 30 juillet (Chaud, humide et pluie)
Visite de François et Catherine, parrain et marraine de Charles-Antoine. Ils visitent le Nouveau-Brunswick en V.R. Nous allons au brunch acadien et visiter le Pays de la Sagouine. Animations très intéressantes et spectacle de la Sagouine en personne. Les enfants s'amusent bien ensemble. Le plaisir de revoir des amis de notre âge!
Petites courses à l'épicerie et achat de délicieux crab et lobster rolls chez Pirate de la mer. 5 à 7 et souper sur Umialtak. Journée très agréable avec nos amis de Montréal. Le beau temps revient en fin de journée. Nous préparons la prochaine navigation pour demain. Départ prévu vers 15h pour se rendre directement à Cavendish à l'Ile du Prince Édouard. Plus de vingt heures de navigation en vue.
 
Vendredi 31 juillet (Ensoleillé, pluie en fin de soirée)
Préparation matinale pour le départ en mer. Paiement des frais de quaiage, plein d'eau, et vidange de l'eau noire. La qualité de l'accueil de la marina de Bouctouche est remarquable. Le bâtiment est magnifique et les gens sont très sympatiques. La sortie de la marina se fait à 12h45 avec un vent de travers de 25 noeuds ! Les manoeuvres de sortie sont complexes. Il n'y a pas beaucoup d'eau et d'espace. Nous sortons en marche arrière pour faire demi-tour afin de reprendre le chenal. Nous sortons du chenal qu'il faut absolument suivre. À 14h, nous hissons la grand-voile. Xavier remarque quelque chose d'anormal au sommet de la voile. Nous affalons et découvrons que la voile est déchirée tout près de la têtière. Nous réparons sur place avec un morceau de dacron autocollant. Le vent que nous avions à Bouctouche diminue et se stabilise autour de 8 noeuds. Les jeunes matelots sont impatients et souhaiterais que l'on démarre Ricky Perkins, notre moteur. Par diverses stratégies, le démarrage du moteur est retardée et nous naviguons lentement mais sûrement.
 
Vers 17h30, nous apercevons quelques têtes de phoques du Groenland. Xavier décide de monter en tête de mat pour observer les alentours. Toutes les voiles sont sorties, il faut donc qu'il passe par l'avant du mat afin de se rendre en haut. Notre plus vieux matelot démontre de plus en plus de courage pour monter au mat. Plusieurs personnes ne veulent même pas franchir la première barre de flèche à une quinzaines de pieds. Xavier prend des photos au sommet du mat à plus de 65 pieds dans les airs avec le voilier en mouvement  dans les vagues. Xavier prépare aussi une bouteille pour lancer à la mer.
 
 
 
François reste à la barre jusqu'à minuit. Le vent est presqu'entièrement tombé et il pleut. Nous affalons donc les voiles et démarrons le moteur. Nous sommes au nord ouest de l'Ile du Prince Édouard plus précisément à North Cape. Nous cherchons la bouée de navigation qui fait le coin de l'Ile et ne la trouvons pas. Elle est censée être lumineuse. Il fait très noir et il pleut. Le lecteur de cartes nous indique que nous y sommes presque mais nous ne la voyons toujours pas. En utilisant la lampe projecteur, nous l'apercevons enfin. Josiane prend les commandes de 2h à 6h.
 
Samedi 1er août (dégagement tôt le matin et ensoleillé par la suite)
Vers 7h nous entrons dans la New London Bay pour prendre le chenal vers Stanley Bridge. Tout de suite en tournant dans le chenal, nous touchons le fond à deux reprises. Plus loin la profondeur de l'eau augmente et le chenal s'élargit. Nous tentons de communiquer sur la VHF canal 68 avec la Stanley Bridge Marina. Aucune réponse. Nous avons les coordonnées téléphoniques et appelons la personne responsale qui semble endormie en ce samedi matin 7h30...Elle nous mentionne qu'il n'y a pas de place à la marina. Peut-être au quai public...
 
Nous avançons vers la marina pour nous rendre compte que le mot marina est un peu fort... Il s'agit plutôt d'un petit port de pêche avec quelques bateaux de pêcheurs et plusieurs bateaux de plaisance. L'espace est beaucoup trop petit pour Umialtak, nous ne pourrions même pas virer de bord au fond de la marina. Nous retournons sur nos pas afin de s'ancrer dans la baie. Nous contactons le Inn at the pier, l'hôtel situé tout près,  pour leur demander l'autorisation de débarquer à leur quai avec l'annexe. Autorisation obtenue. Nous sommes à 4 kilomètres de Cavendish, petite ville touristique. Les jeunes souhaitent s'y rendre pour aller dans un parc d'amusement (Sandspit). 4 kilomètres en voiture ce n'est rien mais à pieds, à midi avec 31 degrés celcius à l'ombre c'est autre chose ! L'équipage est motivé et nous marchons d'un bon pas. Nous tentons de faire du pouce sans succès. 4 personnes dont 2 de moins de douze ans, ça réduit nos chances !
 
Nous arrivons finalement à destination et les jeunes s'en donnent à coeur joie dans les manèges pendant que les parents, fatigués de leur nuit de navigation les regardent et cuissent sous le soleil de plomb. Au retour nous arrêtons dans un restaurant climatisé, question de motiver les troupes afin de retourner au bateau. Personne ne se fait prier pour se coucher.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Dimanche 2 août (ensoleillé et chaud)
Après une très bonne nuit de soleil à l'ancre, il n'est pas question de marcher jusqu'à Cavendish. Nous allons visiter l'aquarium de Stanley Bridge en laissant le youyou à la marina. Josiane veut se départir des poubelles. Après vérifications aucune poubelle à la marina ! Josiane s'informe auprès d'un monsieur de la boutique d'antiquités qui lui répond de les mettre dans son camion, il les amènera chez lui !
 
Belle visite de l'aquarium et de la collection d'oiseaux empaillés en provenance de Kamouraska au Québec. Charles-Antoine aperçoit des adolescents qui sautent du pont directement dans la rivière et il souhaite les imiter ! Après discussion, il reçoit l'autorisation de le faire avec sa veste de sauvetage. Les ados regardent le jeune de 8 ans sauter en bas du pont d'une hauteur de 15 à 20 pieds ! Pas peureux le Charlot !
 
Après avoir fait une provision de pétoncles fraîs nous allons à la plage à l'autre bout de la New London Bay. À tour de rôle, les gars se font tirer en boogie board derrière l'annexe. En mettant le pied à terre, nous rencontrons un couple de québécois à la retraite qui ont un chalet dans la baie. Ils viennent de Boucherville ! Nous jasons presqu'une heure avec Hélène et Neil avant d'aller se baigner. Le paysage est presque le même qu'aux Iles-de-la-Madeleine. Nos nouveaux amis viennent faire un tour au voilier avec leur bateau de plaisance (Trophy). Nous leur faisons visiter Umialtak et discutons encore. Belle soirée d'observation des étoiles pour les adultes. Pluie durant la nuit.
 
Lundi 3 août (gris le main et dégagement par la suite)
Nous retournons à Cavendish ! Les jeunes souhaitent aller aux glissades d'eau. Josiane et Charlot prennent les deux vélos tandis que F-X et François suivent en patins à roues alignées. C'est un peu stressant sur le bord de la route passante et avec les petites roches sur l'accotement assez étroit. On se rend donc au Shinning WaterFamily Fun Park.
 
 Il fait chaud et les glissades d'eau sont très appréciées par toute la famille. Il y a des petits manèges et nous visitons le site en après-midi. Nous retournons au bateau
 pour le souper. Le coucher de soleil est magnifique.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mardi 4 août (ensoleillé et chaud)
En avant-midi, François va à terre faire un tour de vélo. Par la suite, on ramasse et nettoie le bateau pour notre départ prévu en fin d'après-midi. Nous attendons que la marée monte un peu afin de ne pas accrocher le fond à la sortie du chenal. Josiane nous gâte à la cuisine avec des escargots, du pain à l'ail et un macaroni gratiné. Nous sommes à moteur car le vent ne lève pas comme prévu. Vers 19h, nos hissons les voiles. Le vent est très irrégulier avec de bonnes rafales. Le pilote automatique est incapable de barrer le bateau dans ces conditions. Nous croyons même à un problème de pilote.
 
Le vent rend le bateau très difficile à barrer en ligne droite. Nous changeons de cap pour aider le pilote automatique. À 20h45, Xavier jette sa bouteille à la mer. Nous verrons si quelqu'un la retrouve un jour...
 
La nuit se déroule bien. Vers 5h30 nous affalons la grand-voile et démarrons le moteur avec le genois en place. Nous filons à plus de 8 noeuds. L'équipage voit la terre et souhaite arriver aux Iles rapidement.
 
Nous mettons le pied à terre à 10h20 aux Plaisanciers du Havre accuellis par Réal. Les gars sont contents de rencontrer leurs amis de Ste-Julie qui nous ont apporté notre véhicule à la marina. Notre navigation est terminée. Nous sommes fatigués par la nuit de navigation mais fiers d'avoir réalisé nos objectifs. Nous avons parcouru plus de 700 miles marins dans des conditions variables. L'équipage prend de l'expérience, nous apprenons à connaître le bateau et à le manoeuvrer efficacement et sécuritairement.
 
 
Nous avons déjà hâte à l'été prochain !